16 Haïtiens mis en quarantaine en Haïti, en attente des résultats de l’autopsie de l’un des leurs, décédé dans un autobus à Jimani

Par AlterPresse, Haïti, publié le 12 mars 2020 

Pas encore de cas de Covid-19, détecté à date (12 mars 2020) sur le territoire national, en Haïti jeudi 12 mars 2020 

16 Haïtiens ont été placés en quarantaine en Haïti, en attente des résultats d’un test d’autopsie de l’un des leurs, décédé, le mercredi 11 mars 2020, dans un autobus en provenance de la République Dominicaine, informe la titulaire irrégulière du Ministère de la santé publique et de la population (Mspp), Marie Gréta Roy Clément, lors d’une conférence de presse, le jeudi 12 mars 2020, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse. 

« Hier, dans la soirée (11 mars 2020), nous avons emmené 16 personnes dans l’un des sites choisis pour la quarantaine institutionnelle. Ces personnes étaient en contact avec un autre Haïtien, décédé dans un bus à Jimani (Ouest de la République dominicaine). Ce dernier présentait des symptômes, comme la toux et la fièvre », explique-t-elle. 

« Nous attendons, nous sommes en contact avec les autorités dominicaines. Aussitôt que les résultats de l’autopsie, précisant les pathologies responsables de la mort de ce passager, seront disponibles, soit aujourd’hui (12 mars 2020) ou demain (vendredi 13 mars 2020), ces 16 personnes - mises en quarantaine dans ce site - seront autorisées immédiatement à rentrer chez elles », fait-elle savoir. 

Les 16 personnes ne présentent ni signe ni symptôme, rien qui peut démontrer qu’elles ont été infectées par le Covid-19 (le nouveau coronavirus), comme la fièvre et la toux, tente de rassurer Marie Gréta Roy Clément. 

Il s’agit d’une mesure conservatoire du Ministère de la sant publique et de la population, en raison du décès de la personne dans le bus, affirme-t-elle, indiquant que, jusqu’à date, il n’y a, encore, aucun cas de Covid-19, détecté sur le territoire national, en Haïti. 

« 0 cas suspect, 0 cas confirmé de Covid-19, le jeudi 12 mars 2020, en Haïti ». 

Le bus transportait 18 personnes. L’une d’entre elles est décédée à Jimani. 

Avant son décès, elle demandait, à chaque moment, durant le trajet, d’arrêter le bus, parce qu’elle ne se portait pas bien, rapporte la titulaire irrégulière de la santé publique, citant les témoignages recueillis auprès des autres passagers. 

« Elle toussait, avait de la fièvre, le vertige et mal au ventre ». 

Les autorités dominicaines ont décidé de garder le cadavre, ainsi que la personne qui l’accompagnait, avant son décès, et de laisser les 16 autres personnes traverser la frontière de Malpasse/Malpaso. 

Le Ministère de la santé publique et de la population a été alerté par son équipe sur la frontière Malpasse/Malpaso et un épidémiologiste départemental. 

« Les personnes en quarantaine ont des droits et nous avons des devoirs envers elles. Elles ont le droit de se sentir bien en quarantaine, de savoir que nous prenons soin d’elles. Et le devoir de la population est de les protéger », déclare Marie Gréta Roy Clément, qui invite les journalistes et les médias à sensibiliser davantage la population sur ces dispositions. 

Dans la soirée du mercredi 11 mars 2020, à Tabarre 60 9au nord-est de la capitale, Port-au-Prince), des riveraines et riverains ont dressé des pneus usagés enflammés et jeté des pierres sur des ambulances, transportant les personnes à l’hôtel Monte Cristo, l’un des sites d’isolement, mis en place par le Mssp. 

Le numéro de téléphone du Centre ambulancier national (116), un numéro non payant, est disponible pour alerter sur des cas suspects, informe le Mspp. 

Le Dr. péruvien Luis Felipe Codina, représentant de l’Organisation panaméricaine de la santé / Organisation mondiale de la santé (Ops/Oms) en Haïti, invite la population à ne pas céder à la panique. 

Les cas, confirmés dans les pays de l’Amérique latine, sont tous des cas importés, des cas de gens provenant particulièrement des pays de l’Europe, précise le éruvien Luis Felipe Codina.