Affrontement : Police et Armée !

Par Marie Laurette Numa, Haïti liberté, édition du 25 février au 3 mars 2020 

Suite aux manifestations des policiers pour réclamer la jouissance de leur droit syndical au cours de la première journée du carnaval le dimanche 23 février 2020 au Champs -de-Mars, une altercation a éclaté entre les policiers du Syndicat de la Police Nationale d’Haïti (SPNH) et certains membres d’une certaine Force Armée fonctionnant dans le pays et dont le siège central est l’ancien quartier général des Forces Armées au Champ de mars. 

L’affrontement a éclaté devant le quartier général de l’armée, où des militaires assuraient la sécurité des tribunes des autorités devant assister au dé? lé carnavalesque. Cet affrontement provoqua l’annulation du carnaval à Port-au-Prince. 

Selon une note de presse publiée par le Secrétariat de l’État-Major Général des militaires, un mort et deux blessés ont été soldés dans leur camp. Le soldat décédé est Dorvil Jean Baptiste et les deux blessés ont été ainsi identi? és : le caporal Lucien Cerdieu et le soldat Audate Castin. 

D’après ce qu’on rapporte, il est bruit qu’il y aurait un mort et des blessés également au sein des policiers protestataires. 

Le lendemain 24 février les policiers ont repris le béton carnavalesque en demandant la démission de Jovenel en lançant des slogans hostiles contre l’armée « L’armée est illégale, la police est officielle » 

Les Nations Unies à travers le bureau intégré des nations -unies en Haïti (BINUH) a condamné la violence qui sévissait entre l’armée et la police. 

La Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU Helen La Lime du BINUH appelle donc tous les secteurs de la vie nationale à éviter toute situation pouvant porter atteinte à la sécurité de la population haïtienne. 

Le Mardi 24 février, le directeur général de la police Normil Rameau et le général Jodel Lesage de l’armée ainsi que le ministre démissionnaire de la justice se sont réunis pour prendre une décision commune  « L'armée et la police vont travailler ensemble et s'engagent à tout mettre en oeuvre pour protéger les acquis démocratiques et combattre les gangs armés et créer ainsi un climat stable et serein dans les foyers et dans les rues » 

À lire aussi: Une plainte, le lundi 2 mars 2020, contre le haut Etat-major de la nouvelle armée de Jovenel Moïse