Haïti-Santé-Coronavirus : « S’il vous plait, dites-nous la vérité », supplie une jeune haïtienne

Par Haïti Press Network, publié le 2 avril 2020 

Elle s’appelle, Linda Saint-Jean, elle a 24 ans. Etudiante à l’université d’Etat d’Haïti (UEH), elle se sent concernée et menacée par le nouveau Coronavirus dans le pays. 

Son souci majeur, ce sont les informations gouvernementales autour de la pandémie, introduite officiellement depuis deux semaines dans le pays et dont le nombre des personnes dites infectées n’a pas encore atteint la vingtaine, 16 pour être plus précis. 

Comment est-ce possible dans un pays aussi vulnérable que le nombre de personnes officiellement atteintes du Covid-19 soient encore de 16, deux semaines après l’annonce du premier cas enregistré, se demande perplexe notre interlocutrice qui n’a pas voulu se faire photographier « pour éviter des représailles ». 

Elle fait aussi remarquer que plus de 1000 ressortissants haïtiens ont quitté récemment la République Dominicaine, où la maladie a fait 60 victimes (décès) en seulement un mois et plus de 1380 cas confirmés. 

Ce sont de potentiels infectés qui auraient pu répandre le virus dans le pays, a-t-elle dit, rappelant qu’aucune mesure n’a été prise au niveau de la frontière pour les mettre en quarantaine. 

Mademoiselle Saint-Jean évoque également les dossiers relatifs à la gestion des cas de l’artiste Roudy Roodboy et du pasteur qui avait laissé sa quarantaine pour se mêler à la population. 

Dans le cas du chanteur, précise-t-elle, plusieurs versions contradictoires sont rapportées dans les médias notamment après la sortie de l’artiste autour de son état de santé. 

Pour ce qui est du leader religieux, même si ce dernier a laissé entendre qu’il n’a été en contact avec personne, notre interlocutrice doute qu’un homme puisse quitter le sud-est pour se rendre à Port-au-Prince, dans le département de l’ouest sans être en contact avec d’autres citoyens. 

Sans vouloir prendre le contre-pied des déclarations officielles autour du nouveau Coronavirus, l’étudiante réclame aux autorités de communiquer avec transparence et de dire la vérité autour de l’évolution de la maladie soulignant que cela permettrait aux citoyens de mieux appréhender le danger que représente le Covid-19 qui a déjà fait plus de 50.000 victimes à travers le monde.