Les Bossales dans les rues

Par Jonas Larivière, Haïti Liberté, édition du 29 janvier au 4 février 2020 

Dans le cadre de mobilisation du  mouvement de masse populaire, le lundi 27 janvier 2020, plusieurs jeunes avant-gardistes  hommes et femmes de la ville de  Saint Marc sont descendus dans les rues pour exprimer leur indignation face aux conditions d’exploitation et d’oppression des laissés pour compte. 

Ces jeunes se sont clairement  identifi és aux Bossales et font partie de différentes organisations populaires  telles que Konbit  Progresis,  Tanbou pale , Morelim, Retire,et  Asire. Ils ont fait savoir que cette manifestation s’inscrit  dans l’idée de fi xer la position des masses populaires haïtiennes par rapport à celle  de l’opposition institutionnelle. Il s’agit aussi de permettre à la population 

Les dirigeants politiques traditionnels ne sont pas innocents dans la souffrance des masses opprimées ont-ils fait savoir. 

Nous soulignons pour l’opinion publique, les Bossales ont manifesté  lundi matin vers les 9h, une manière de démontrer qu’ils n’ont aucun rapport  avec les dirigeants de l’opposition traditionnelle qui avaient déclaré que les manifestations auraient lieu la nuit et en fin de semaine. 

Cette manifestation  justifi e la rupture totale des masses populaires avec les symboles d’oppression que nous avons écrit  sur ce cercueil : Le parlement déchu haïtien, l’OEA, le Core Group, L’Union Européenne, l’ambassade américaine, française, Canadienne, le FMI, les compradores  et le régime du PHTK etc. 

Ils ont fait savoir que la bataille pour déchouquer le système d’exploitation n’est  sous le contrôle d’aucun politicien de la classe politique traditionnelle qui ne  cesse de prendre langue avec les missions diplomatiques pour tromper le peuple. 

La lutte des masses continue jusqu’à la victoire finale ! 

Les Bossales ont dénoncé, le FMI, le Core Group, les ambassades des Etats-Unis, de France et du Canada,  les églises et le Parlement ect...