Steven Benoit propose le départ du Président Jovenel Moise et un cabinet ministériel réduit

Par Godson Lubrun, Haïti Press Network, publié le  24 août 2019 

L’Ex Sénateur de la République pour le département de l’Ouest et candidat malheureux aux élections présidentielles  de 2015, Steven Irvenson Benoit, propose  dans une note sur la conjoncture politique, le départ du Président Jovenel Moïse pour finir avec  la crise qui perdure dans le pays en trois points, a appris notre rédaction. 

Dans cette proposition de sortie de crise, Steven Benoit prévoit une démission ordonnée de Monsieur Jovenel Moise et son remplacement par un citoyen honnête, crédible , expérimenté, capable d’implémenter des réformes en profondeur en vue de changer une fois pour toutes le système de gouvernance suranné.  "La mission de ce nouveau leader doit être claire et précise et sa feuille de route connue de tous les citoyens », écrit l’ancien député de Pétion-Ville à la 48e législature. 

Comme deuxième point dans la proposition du Sénateur Benoit est l’Installation du nouveau président provisoire pour un mandat de deux ans allant de septembre 2019 au 1er janvier 2021. Selon la proposition,  ce président provisoire choisit les membres de son cabinet et le nombre des ministres ne dépassera pas 10. 

10 ministères sont également proposés pour ce nouveau gouvernement post Jovenel selon la proposition : ministère économie, finances et planification ; affaires étrangères et cultes ; agriculture et environnement ;  infrastructures (travaux publics) ;  sante publique ;  éducation nationale ; affaires sociales et culture, commerce, industrie et tourisme ; intérieur (collectivités), défense et sécurité nationale et en dernier lieu le Ministère de la Justice. 

Légions sont les propositions pour trouver une issue à la crise socio-politique qui prend de l’ampleur en Haïti chaque jour. Depuis environ six (6) mois aucun gouvernement légitime n’a été installé depuis la censure infligée au Premier Ministre Jean Henry Céant et le Président Jovenel Moise ne cesse d’être décrié par ces opposants.