Brutalités policière : `` Défenseurs Plus `` a déjà reçu 6 plaintes formelles en février

Par Haïti Press Network, publié le 19 février 2021 

L’organisation haïtienne de défense des droits humains « Défenseurs Plus » a déjà reçu 6 plaintes formelles, avec des formulaires signés par les plaignants, pour dénoncer des violences policières, au cours des premières semaines du mois de février. D’autres plaintes ont également été reçues par téléphone, informe la responsable d’assistance légale de l’organisation, Chaïna Etienne. 

La militante des droits humains évoque les difficultés rencontrées par l’organisation pour remonter aux auteurs des violences policières durant les manifestations. 

Il est difficile d’identifier les agents qui assurent la sécurité des manifestations et des fois, ils circulent dans des véhicules qu’on ne peut pas non plus identifier, a déploré la militante des droits humains. Elle invite le Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN) et le Haut-Commandement de l’institution policière à prendre des mesures pour remédier à cette situation. 

« Défenseurs Plus » est actuellement en train de traiter les plaintes en vue d’accompagner les plaignants, a-t-elle dit, rappelant que, lors des manifestations, l’organisation a l’habitude de déployer des agents sur le terrain notamment pour observer l’attitude des policiers. 

Ce n’est pas normal que des agents de la PNH empêchent la population d’exercer leurs droits de manifester librement, de manière pacifique, a dit madame Etienne, qui souligne également que les journalistes doivent être libres de faire leur travail. 

Ces dernières semaines, plusieurs journalistes ont été ciblés par des policiers durant les manifestations de l’opposition. 

Des fois, ils sont directement visés par des bonbonnes de gaz lacrymogènes et un policier a même lancé une grenade lacrymogène à l’arrière d’un véhicule (Pick-up) où se trouvaient des journalistes de plusieurs médias qui assuraient la couverture d’une manifestation de l’opposition le mercredi 10 février dernier. 

Notes de protestation des associations de médias et de journalistes, marches des journalistes pour dénoncer les brutalités dont ils font l’objet, sont entre autres formes de protestation des travailleurs de la presse pour exiger le respect de leurs droits d’informer la population.