L’attitude de Jovenel Moïse envers la Cour supérieure des comptes, une résurgence du régime duvaliériste, assimile le Conhane

Par Alter Presse, Haïti, publié le 11 septembre 2020 

Il est inacceptable qu’en cette ère démocratique le régime tèt kale au pouvoir veuille afficher la même attitude du régime duvaliériste envers les pouvoirs de contrôle, dont la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (Cscca), critique le directeur du Conseil haïtien des acteurs non étatiques (Conhane), Édouard Paultre, dans une interview accordée à AlterRadio/AlterPresse. 

Vouloir soumettre la Cscca à ses volontés constitue un acte d’une extrême gravité de l’exécutif actuel, souligne le Conhane, rappelant combien la Cour supérieure des comptes, qui fut créée sous la dictature des Duvalier, était soumise aux caprices du pouvoir exécutif de l’époque. 

Pour sa part, le docteur Michel Stéphane du Collectif des citoyennes et citoyens Nou p ap dòmi y voit une attaque en règle contre la Constitution et un assaut contre la république. 

Le pouvoir en place emprunte un chemin dépourvu de tout cadre légal, l’exécutif agit dans l’arbitraire, fustige Nou p ap dòmi. Haïti 

Les agissements de Jovenel Moïse sont contraires à ses devoirs, consistant à garantir le bon fonctionnement des institutions et des pouvoirs publics. 

« Cette attitude de Jovenel Moïse, vis-à-vis de la Cour supérieure des comptes, prouve combien il se réjouit de l’absence du parlement dans le pays. L’exécutif ne peut pas fonctionner, sans aucune institution permettant d’empêcher ses écarts ». 

Lors de ce qui est qualifié de « dialogue communautaire », organisé le dimanche 6 septembre 2020, Jovenel Moïse a pointé du doigt la Cscca comme une institution de blocage, qui empêcherait la réalisation de certains projets de développement dans le pays. 

Il a même menacé de revoir le décret du 23 novembre 2005, qui régit cette institution, afin de limiter son pouvoir de contrôle. 

Les attaques du président Jovenel Moïse contre la Cscca sont extrêmement graves, estime le regroupement d’organismes de défense des droits humains, dénommé Ensemble contre la corruption (Ecc), dont fait partie le Conhane, dans une prise de position. 

Pour sa part, la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif a vivement dénoncé les récentes déclarations de Jovenel Moïse sur l’institution, qu’elle considère comme des menaces ouvertes contre les membres de son conseil d’administration, dans une note de clarification, publiée le mardi 8 septembre 2020.