Sans titre ni qualité, le CEP de Jovenel Moïse rend public son calendrier de référendum et de scrutin présidentiel et législatif en Haïti

Par AlterPresse, Haïti, publié le 7 janvier 2021 

Sans titre ni qualité, le Conseil électoral contesté de Jovenel Moïse - transformé, début octobre 2020, en collège électoral inconstitutionnel, dont la mission n’est pas prévue par la Constitution -, a rendu public, ce jeudi 7 janvier 2021, son projet de calendrier, pour un référendum constitutionnel illégal ainsi qu’un scrutin présidentiel et législatif en Haïti, dans un point de presse dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse. 

Malgré un contexte d’incertitudes, marqué par une violence de gangs armés sur le territoire national, le Conseil électoral contesté voudrait tenir son référendum constitutionnel illégal à la date du 25 avril 2021, le premier tour d’une présidentielle et de législatives le 19 septembre 2021, éventuellement un second tour présidentiel et législatif le 21 novembre 2021. 

Les résultats dudit référendum constitutionnel illégal devraient avoir lieu le 2 mai 2021. 

Le Conseil électoral contesté de Jovenel Moïse prévoit les résultats définitifs de sa présidentielle, des législatives, municipales et locales, pour le 22 janvier 2022, selon son directeur exécutif Max Délice. 

En dépit des nombreuses contestations contre son projet de nouvelle Constitution, incluant un référendum qualifié d’illégal, avant l’organisation de prochaines joutes électorales, le président Jovenel Moïse s’entête, contre vents et marées, à entreprendre des démarches y relatives, pour rendre effectives ses ambitions anticonstitutionnelles. 

Le mardi 5 janvier 2021, Jovenel Moïse a publié, dans le journal officiel « Le Moniteur », un autre décret, jugé inconstitutionnel et illégal, sur les dispositions générales relatives à un référendum constitutionnel, rejeté par beaucoup de secteurs, et au Conseil électoral provisoire (Cep), transformé, début octobre 2020, en collège électoral, dont la mission n’est pas prévue par la Constitution. 

Du coup, le mandat du comité dit consultatif, pour l’élaboration de son projet de nouvelle Constitution, a été prolongé de deux mois. 

Pendant que Jovenel Moïse fixe la date de son départ au 7 février 2022, les discussions se poursuivent entre différents secteurs de l’opposition, en vue de parvenir à une entente politique, sur la façon de remplacer Jovenel Moïse au pouvoir, à partir du 7 février 2021.