404 membres du personnel diplomatique d’Haïti à l’extérieur révoqués

Par Radi Caraïbes, Haïti, publié en avril 2017

Sur les 1 003 membres du personnel diplomatique d’Haïti à l’extérieur - 491 diplomates et 512 contractuels - nommés et contactés par les gouvernements antérieurs, 404 sont révoqués. Le ministre des Affaires étrangères et des Cultes, Antonio Rodrigue, a confié au Nouvelliste que depuis son arrivée à la tête de la chancellerie il y a douze mois, il oeuvre ardemment à restructurer et réformer la diplomatie haïtienne afin de la rendre davantage utile à la nation. Pour l’instant, le personnel diplomatique se chiffre à 599, dont 349 diplomates et 250 contractuels.

« Après un an à la tête du ministère des Affaires étrangères et des Cultes, avec l’appui de l’administration Moïse/Lafontant, nous avons réalisé de nombreux travaux qui, pourtant, ne sont pas à la hauteur de notre espérance car je suis quelqu'un qui veut toujours obtenir de meilleurs résultats. On essaie de mettre de l’ordre par rapport au désordre accumulé par les gouvernements antérieurs. C’est un travail de longue haleine vu qu’au départ même les listes dans les missions diplomatiques ne reflétaient pas la réalité », a détaillé Antonio Rodrigue au cours d'une entrevue accordée au Nouvelliste le vendredi 6 avril 2018.

À son arrivée en mars 2017, le ministère des Affaires étrangères était confronté à de nombreux problèmes structurels, qu'il a estimé avoir surmonté. Il a fait plus loin remarquer que la diplomatie est la mise en oeuvre de la politique étrangère par l’intermédiaire des diplomates dynamiques, motivés et compétents. «Nous sommes en train de travailler afin de prendre toutes les mesures nécessaires pour remédier à toutes sortes de dérives dans la diplomatie haïtienne. Depuis mon arrivée, je n’ai signé aucune lettre de nomination, car certaines missions étaient surpeuplées. Nous avions commencé par la restructuration et l’assainissement dès juin 2017 où nous sommes en train de réduire considérablement les membres du personnel diplomatique d’Haïti à l’extérieur au strict minimum. C’est pourquoi sur les 1 003 diplomates et contractuels, respectivement 491 et 512, aujourd’hui le personnel diplomatique est réduit à 599, dont 349 diplomates et 250 contractuels», s'est réjoui le ministre, qui a souligné que le montant alloué aux salaires et au fonctionnement des 49 missions diplomatiques et permanentes est passé par mois de 290 millions à 200 millions de gourdes à date.

En vue de redynamiser et de valoriser le travail des missions diplomatiques et consulaires d’Haïti à l’extérieur et élaborer une doctrine diplomatique liée aux impératifs des temps actuels et futurs afin d’améliorer l’image d’Haïti à l’extérieur, la chancellerie est en train de travailler pour rappeler les diplomates qui sont à l’étranger pendant trop longtemps, ainsi que les absentéistes et les incompétents qui travaillent dans les structures externes.

« La diplomatie n’est pas l’affaire des amateurs, il faut faire appel à des cadres expérimentés, compétents et bien formés. Les missions diplomatiques ne devraient en aucun cas être perçues comme des refuges pour ayants droit, mais comme des lieux de production d’images de savoir et d’intérêt dont la mission est de représenter activement et dynamiquement le pays sur la scène internationale », a rappelé Antonio Rodrigue, soulignant que son rêve est de faire en sorte que la diplomatie haïtienne reprenne son prestige d’antan, qu'elle défende les intérêts d’Haïti sur tous les fronts afin de laisser en héritage une meilleure diplomatie pour les générations futures.

« Je suis là pour mettre en oeuvre la vision du président de la République de manière à faire de la diplomatie haïtienne un instrument de développement d’Haïti à la recherche d’investissements étrangers, d’une coopération et d'un partenariat qui respectent les priorités du gouvernement pour faire avancer et aboutir son processus de reconstruction et de développement. C’est de cette manière qu’il faut vraiment défendre les intérêts du pays », a ajouté le diplomate de carrière, qui s’engage à poursuivre sa mission en vue de consolider les acquis et renforcer l’appareil diplomatique afin de le rendre davantage utile à la nation.

Diplomate chevronné d’une carrière de plus de trente ans, Antonio Rodrigue a occupé différents postes dans le gouvernement haïtien et dans plusieurs missions diplomatiques d’Haïti à l’étranger. Ancien ambassadeur d’Haïti en Belgique, il a été représentant permanent adjoint à la mission permanente d'Haïti auprès de l'Organisation des États américains (OEA) à Washington DC. Il a également siégé au Venezuela, à l'Organisation des Nations unies à New York, en France et en Suisse.

Âgé de 64 ans, Antonio Rodrigue a obtenu un baccalauréat ès arts en sciences politiques avec une spécialisation en relations internationales; il a étudié la gestion des ressources humaines à l'Université d'Ottawa (Canada); suivi une formation spéciale à l'Académie diplomatique du Brésil, et a poursuivi des études à l'Université de Princetown, New Jersey (USA).