Affaire PetroCaribe, le président Jovenel Moise rencontre les juges de la cour des comptes

Par Dodeley Orélus, Radio Caraïbes, Haïti, publié le 8 séptembre, 2018 

les conseillers de la cour des comptes et du contentieux administratif Le président Jovenel Moise s’est entretenu mercredi avec les conseillers de la cour des comptes et du contentieux administratif qui mènent une enquête sur l’utilisation des fonds Petrokaribe. Le chef de l’Etat leur a promis le soutien financier de son administration pour qu’ils puissent mener a bien leurs travaux. Me Michel André, avocat de la partie civile, crie au scandale. 

Cette rencontre entre le président Jovenel Moise et les conseillers à la cour des comptes et du contentieux administratif qui enquêtent sur l’utilisation des fonds Petrokaribe, s’est tenue au lendemain d’une conférence de presse au cours de laquelle, les juges du tribunal administratif réaffirmaient leur engagement a conduire sans partialité ce travail d’enquête. 

Selon Guichard Doré, l’un des conseillers spéciaux du président Moise, le gouvernement compte donner à la CSC/CA, l’ensemble des moyens dont elle a besoin pour faire son travail. Il affirme que cette rencontre participait de la volonté du chef de l’Etat de s’assurer de la bonne marche des institutions. 

Déjà, a-t-il dit, une enveloppe de 10 millions de gourdes, sur les 27 sollicitées par les conseillers, est prévue dans le budget rectificatif, pour permettre à la cour de faire son travail. Le reste devrait être dégagé dans le budget du prochain exercice. 

Il a également donné la garantie que toutes les institutions publiques d’enquête seront mises à profit pour que la lumière soit faite sur l’utilisation des fonds Petrokaribe. 

Le vice-président de la cour des comptes, Fritz Robert Saint Paul a assuré que cette rencontre, sollicitée par le chef de l’Etat, n’était nullement une occasion pour ses paires de recevoir des instructions du palais national. 

Nous sommes une institution indépendante et nous continuerons à oeuvrer pour renforcer dette indépendance, a-t-il dit, ajoutant que ce n’est pas la première, et sans doute pas la dernière fois, que les conseillers rencontrent le chef de l’Etat. 

L’avocat et militant Michel André qui défend des dizaines de citoyens qui se sont constitués partie civile dans le cadre de ce dossier, crie au scandale et à la honte. Pour lui, le président Jovenel est le véritable obstacle à la réalisation du procès Petrokaribe. 

Comment des juges peuvent-ils accepter de rencontrer le président Jovenel Moise sur le dossier Petrokaribe dans lequel lui et plusieurs de ses proches collaborateurs dont son chef de cabinet Wilson Laleau et le secrétaire général de la présidence Yves Germain Joseph sont pointés du doigt, s’interroge l’homme de loi. 

Il dit croire que tant que M. Moise sera au palais national, le procès Petrokaribe ne pourra avoir lieu et d’ajouter qu’on ne peut pas compter sur les juges du tribunal administratif qui ont accepté de le rencontrer, pour gagner cette bataille. 

Il faut dire que depuis un certain temps, les manifestations se multiplient à Port-au-Prince, en province et dans la diaspora pour réclamer que toute la lumière soit faite sur le dossier Petrokaribe.