Les Crimes de Toto Constant chef du Front pour l’Avancement et le Progrès d’Haïti (FRAPH)

Par Tout Haïti, publié le 26 juin 2020 

Arrestation du chef du groupe paramilitaire Front pour l’Avancement et le Progrès d’Haïti (FRAPH), Emmanuel Constant dit Toto Constant : La FJKL rappelle que les crimes commis pendant la période du Coup d’Etat de 1991 contre le Président Jean Bertrand Aristide sont imprescriptibles. 

CommuniquéArrestation du chef du groupe paramilitaire Front pour l’Avancement et leProgrès d’Haïti (FRAPH), Emmanuel Constant dit Toto Constant : La FJKLrappelle que les crimes commis pendant la période du Coup d’Etat de1991 contre le Président Jean Bertrand Aristide sont imprescriptibles 

La Fondasyon Je Klere (FJKL) prend acte de la décision du gouvernement américainde déporter en Haïti l’ancien chef du Front pour l’Avancement et le Progrès d’Haïti(FRAPH), Emmanuel Toto Constant. Ce geste inamical du gouvernement américainde déporter un tortionnaire de la trempe d’Emmanuel Constant au pays dans unmoment si troublé et sans restituer à Haïti l’intégralité des documents du FRAPH est,en dépit de tout, une opportunité pour la justice haïtienne de redorer son blason et demontrer à la face du monde qu’elle est prête pour les grands procès à venir contre lacorruption, les auteurs de massacres et de crimes odieux qui constituent le lot du peuple haïtien. 

La FJKL s’étonne du débat sur la prescription des peines d’Emmanuel Toto Constant, débat qui avait déjà été agité de manière conséquente au Sénat de la République etrésolu par la loi du 7 avril 1998 publiée au Moniteur # 61 du 17 août 1998 sur laRéforme judiciaire.La FJKL croit utile d’attirer l’attention du Tribunal criminel des Gonaïves et de l’opinionpublique nationale et internationale en général sur les prescrits de l’article 7 de la loidu 7 avril 1998 ainsi énoncés : « Les crimes et délits commis durant la période du30 septembre 1991 au 15 octobre 1994 sont et demeurent imprescriptibles ». 

La FJKL croit que le peuple haïtien a droit à la vérité sur ce qui s’est passé pendantcette période tragique et les victimes ont droit à réparation.La Fondasyon Je Klere (FJKL) s’engage à suivre l’évolution de ce dossier jusqu’à sonaboutissement par un procès juste et équitable.