L’Ocnh appelle à la désobéissance civile, face à l’imposition de la carte Dermalog en Haïti

Par Alter Presse, Haïti, publié le 21 octobre 2020 

L’Organisation des citoyennes et citoyens pour une nouvelle Haïti (Ocnh) appelle à la désobéissance civile, face à l’imposition, par le régime tèt kale au pouvoir, de la carte Dermalog, dans le pays, dans une note de protestation transmise à l’agence en ligne AlterPresse. 

Le contrat, signé avec la firme Dermalog, en violation de la loi sur la passation de marchés, constitue un vaste scandale de corruption, fustige l’Ocnh. 

« Les personnes, qui ont signé le contrat pour l’État haïtien ou l’Office national d’identification (Oni), n’avaient pas de qualité pour le faire. Aucun appel d’offre n’a été lancé et des principes fondamentaux de la passation des marchés publics n’ont été, ni suivis ni respectés ». 

L’ancienne carte d’identification nationale n’est plus en vigueur, selon une note, publiée, le 20 octobre 2020, par le Ministère de la justice et de la sécurité publique (Mjsp). 

Des avis défavorables de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif ainsi qu’un rapport préliminaire de la Commission éthique et anti-corruption au sénat de la République ont été émis contre ledit contrat, rappelle l’Ocnh, qui qualifie « d’ illégale et d’arbitraire » cette décision du Mjsp, dictée par les dispositions d’un décret illégal en date du 18 juin 2020. 

Le 10 juin 2020, l’Ocnh avait déjà porté plainte, pour « corruption, association de malfaiteurs, faux et usage de faux », contre les signataires et commanditaires du contrat avec la firme allemande Dermalog, qui ont associé l’État haïtien à « ce montage financier ». 

Conformément à la procédure établie, le juge Matthieu Chanlate a été désigné pour instruire la plainte. Mais, jusqu’à date (octobre 2020), le dossier suit son cours. 

De plus, la justice n’a pas encore tranché sur ce dossier, souligne l’Ocnh. 

Dans une adressée, le mardi 13 octobre 2020, à Me. Bernard Sainvil, doyen du tribunal civil de Port-au-Prince, l’Organisation des citoyennes et citoyens pour une nouvelle Haïti (Ocnh) a demandéé des informations sur l’état d’avancement du dossier, relatif à la plainte déposée contre les signataires et commanditaires du contrat avec la firme allemande Dermalog. 

Cette carte Dermalog, que le ministre Rockefeller Vincent cherche à imposer, constitue, en elle-même, un danger pour la sécurité nationale, vu que le contrat stipule que la firme ne livrera les données des citoyennes et citoyens qu’après trois ans d’opération, met en garde l’organisme de défense des droits humains. 

Seulement près du quart de la population concernée a pu se faire enregistrer. 

L’Ocnh exhorte les citoyennes et citoyens à ne pas livrer les informations les concernant à la firme, qui les stocke dans son pays d’origine, l’Allemagne, sans donner de rapport à qui ce soit sur leur utilisation.