Pic de la Covid-19 : l’euphorie risque de provoquer une flambée de la maladie dans le pays

Par Woovins St Phard,Le National, Haïti, publié en juin 2020 

Atteignant le pic de la pandémie avec quelque 4 000 cas et une soixante-dizaine de décès, Haïti peut s’enorgueillir d’avoir fait mentir les prévisions jusqu’à présent. Toutefois, cet état de fait suscite une grande euphorie chez de nombreux citoyens qui continue d’ignorer les gestes barrières comme si le virus a été circonscrit sur le territoire national. 

Trois mois après l’apparition du nouveau coronavirus dans le pays, la situation n’est pas si compliquée en dépit des faiblesses du système sanitaire haïtien. Même si la gestion de la Covid-19 est faite mi-figue mi-raisin, le pays est encore loin des prévisions divulguées par les spécialistes. Depuis la 22e semaine, le pays semble atteindre le pic de la pandémie avec quelque 4 000 infectés. Jusqu’à date, le pays enregistre 82 morts contre une vingtaine de guérisons avérées. Même si le directeur du Laboratoire national avoue que les chiffres ne sont pas exhaustifs, mais la propagation du virus sur le territoire national a tendance à diminuer de jour en jour. Les cas récupérés se multiplient. 

Toutefois, avec ce pic moins meurtrier que prévu, la population croit pouvoir déjà vaincre la pandémie. Elle passe en dérision d’autres pays ou le virus a déjà fait de nombreux morts. Pour ces citoyens, « une petite fièvre et une petite grippe » ne pouvaient pas ainsi atteindre les autres pays. Ils se vantent de vaincre aisément la maladie, sans l’aide des médecins. Ils déclinent la dangerosité du virus. Entre autres, Dr Patrick Dely du Laboratoire national a affirmé que la souche du virus qui frappe le pays est moins brutale par rapport aux autres pays. Des analyses sont en cours pour étudier la souche qui sévit le pays. 

En conséquence de cette atténuation du virus dans le pays contrairement à d’autres territoires, des citoyens réagissent comme si le virus a été contenu. Les mesures de prévention sont de plus en plus négligées. Le port des masques est négligé même dans les rassemblements interdits. Le transport en public est dans la situation de proximité d’auparavant. La situation dans les marchés n’affiche pas une volonté des individus de se protéger contre le nouveau coronavirus. L’ignorance de nombreux individus continue et persiste. 

Par ailleurs, les annonces des autorités du pays laissent entendre que le pays a passé le cap de la Covid-19. Projetant la réouverture de l’aéroport international Toussaint Louverture pour les semaines à venir, les autorités se préparent à la reprise des relations avec d’autres États. Quelles sont les conséquences que l’arrivée des individus hors du pays aura sur la propagation du virus sur le territoire ? Aura-t-on la capacité de tester les nouveaux arrivés ? 

D’un autre côté, malgré la chaine de transmission générale révélée, les autorités n’ont pris aucune décision pour contraindre les citoyens à se soumettre aux mesures de prévention. Au contraire, l’Administration de Moise/Jouthe lance des ultimatums pour inciter les citoyens à se rassembler pour obtenir leur carte de numéro d’identification unique. Le pays fonctionne comme si la Covid-19 est déjà passée. 

Face à ces comportements, le pays risque de connaitre une nouvelle vague violente de la pandémie. À force de crier victoire au milieu de la crise sanitaire, les citoyens s’exposent à la contamination ou à de nouvelles contaminations.