Anthony Blinken questionné sur la démocratie en Haïti, par rapport à Cuba, au Venezuela et au Nicaragua

Écrit par Emmanuel Marino Bruno, Alter Presse, Haïti, publié le 9 juin 2022 

Le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a fait face à des questions pertinentes sur la démocratie en Haïti, par rapport à Cuba, au Venezuela et au Nicaragua, lors d’une table ronde intitulée « un engagement pour la liberté journalistique », organisée le mardi 7 juin 2022, au Sommet des Amériques, à Los Angeles, aux États Unis d’Amérique, apprend l’agence en ligne AlterPresse. 

Questionné par un journaliste, l’invitant à justifier l’invitation au premier ministre de facto, Ariel Henry, à venir participer au sommet des Amériques, par rapport au Venezuela, à Cuba et au Nicaragua, jugés non démocratiques, Blinken, l’air embarrassé, a simplement déclaré que son équipe aura amplement l’occasion, dans les jours à venir, de parler de la participation ou de l’absence de chefs d’État à l’événement. 

Le Dr. Ariel Henry, non seulement gouverne sans mandat en violation de la Constitution haïtienne, mais aussi il serait impliqué, dans des crimes très graves, y compris le meurtre d’un journaliste haïtien en février 2022 par la police haïtienne, a rappelé le journaliste, au moment de poser sa question. 

Blinken a souligné combien les États-Unis continuent à travailler, en Haïti, pour une transition, qui déboucherait sur des élections appropriées et soutenues par tout le peuple haïtien et pour faire face à la violence des gangs armés, qui afflige le pays et cause de terribles dommages au peuple haïtien. 

« Nous continuons à travailler pour essayer de trouver des moyens de soutenir le peuple haïtien, qui a supporté plus que sa part de problèmes au cours des dernières années, à la fois humains et naturels », dit Anthony Blinken. 

Il souhaite que le peuple haïtien ait un gouvernement représentatif, grâce à de nouvelles élections dans les temps à venir. 

Le premier ministre de facto, Ariel Henry, avait estimé que la question de la sécurité constitue un prérequis fondamental à la tenue des élections dans le pays, lors d’un entretien, le mardi 7 juin 2022, avec le secrétaire général de l’Organisation des États Américains (Oea), l’Uruguayen Luis Almagro. 

Ces échanges, portant largement sur la criminalité, ont eu lieu, dans le cadre du 9e sommet des Amériques, qui se déroule du lundi 6 au vendredi 10 juin 2022, à Los Angeles (États-Unis d’Amérique). 

Luis Almagro aurait promis de sensibiliser les partenaires de la région à accompagner le gouvernement de facto en Haïti, dans les efforts visant au rétablissement de la sécurité sur tout le territoire national, a rapporté Ariel Henry. 

Depuis plusieurs mois, Haïti fait face à une criminalité généralisée sans précédent, avec la prolifération des gangs armés et l’intensification du trafic d’armes et de munitions. 

De dangereux gangs armés opèrent, en toute impunité, à Martissant (dans la périphérie sud de la capitale), au bas de Delmas, à Cité Soleil (nord), Croix-des-Bouquets (nord-est), entre autres, tuant, violant, enlevant et séquestrant de paisibles citoyennes et citoyens.