Ariel Henry sera-t-il sur la sellette !

Par Marie Laurette Numa, Haïti, édition du 8 au 14 sept 2021 

Lundi soir 6 septembre 2021, le premier ministre de facto Ariel Henry a eu une importante réunion afin de mettre les bouchées doubles à ses négociations avec l’opposition. Il semble qu’il en est sorti un accord qui n’est autre qu’un partage de gâteau pour essayer de gagner sur sa position certains opportunistes, les embaucher pour former un nouveau gouvernement et mettre en déroute l’accord de Montana signé par plusieurs organisations et partis politiques dont Fanmi Lavalas. 

Ont participé à cette réunion à la résidence du Premier ministre de facto, entre autres les anciens sénateurs Ricart Pierre (SDP), Youri Latortue (AAA), Edmonde Supplice Beauzile (Fusion), Saurel Jacinthe (Inite), Dr Charles Emile (MTVAyiti), Me Annibal Coffy (représentant de Joseph Lambert), Me André Michel (SDP), les anciens députés Antoine Rodon Bien Aimé (PEN), Me Joseph, Jerry Tardieu (En Avant) et Joseph Manès Louis. 

Selon les dirigeants du Secteur Démocratique Populaire, ce monde est en pourparlers avec le patron de la Primature pour la signature d’un accord. La question à se poser maintenant est la suivante : qu’est-ce qui a bien pu pousser certains anciens opposants au défunt de facto Jovenel et à Ariel à accepter de se réunir avec le chef de la Primature pour aboutir à un quelconque compromis, sans doute pour appuyer Ariel comme l’unique dirigeant de l’exécutif haïtien pour l’instant sans un président de la République au palais national? 

Pour essayer de donner un élément de réponse Ricart Pierre du SDP a indiqué : « Si nous avions toujours refusé de dialoguer avec Jovenel Moïse c’est parce qu’il avait franchi la ligne rouge. Pourquoi ne pas discuter avec Ariel Henry si personnellement on n’a rien à lui reprocher, répond le dirigeant du SDP qui ne voit d’ailleurs aucun inconvénient à ce que sa structure intègre le nouveau gouvernement moyennant la mise à l’écart de certains ministres dont l’actuel ministre de la justice Rockfeller Vincent » 

Nenel Cassy pour sa part a fait savoir : « Aujourd’hui nous sommes dans une démarche monocéphale, l’important pour nous ce sont nos prisonniers politiques, le procès pétrocaribe, la conférence nationale ou dialogue, une nouvelle constitution, le procès des différents massacres commis sous la présidence de Jovenel Moïse » 

Si cet accord parvient à se matérialiser entre le Premier ministre et ses collaborateurs, Ariel aura fait d’une pierre deux coups non seulement écarter le président du Sénat Joseph Lambert de son ambition d’être le président du pays mais également tous les rêves de la commission de la société civile qui a accouché l’accord du 30 août à l’hôtel Montana qui n’avait pas dans leur agenda d’avancer dans le projet de Joseph Lambert pour être l’homme de la transition.Lambert a été abandonné par ses pairs puisque Ariel veut largement partager le gouvernement avec certains affairistes politiques, des parasites qui ne veulent vivre qu’aux dépens et du pillage de l’État haïtien. Des postes ministériels et des administrations comme l’ONA et le BMPAD entre autres pourraient leur être offerts en récompense pour service rendu. 

Parmi les postes ministériels convoités, la tête de l’actuel ministre de la justice Rockfeller Vincent est catégoriquement demandée et cela a suscité de vives réactions au sein du camp de feu Jovenel Moise. C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre les raisons pour lesquelles dans le cadre de l’enquête ouverte sur l’assassinat de Jovenel Moïse, le Commissaire du gouvernement Bed-Ford Claude dans une correspondance au DG de la DIGICEL Maarten Boute demande à ce que les relevés téléphoniques entre Ariel Henry et Joseph Félix Badio pour la période allant du 1er au 15 juillet lui soient communiquées pour les besoins de l’enquête en tant qu’un réquisitoire supplétif pour être adressé au juge instructeur Garry Orélien «  Cette demande s’inscrit dans le cadre de la vérifi cation de l’authenticité des nouvelles fournies dans le rapport du Réseau National de Défense des Droits de l’Homme ( RNDDH) suivi d’une plainte de l’Organisation VIV AYITI relative à l’assassinat du Président Jovenel MOISE » a rappelé cette note du Parquet de Port-au-Prince en date du 7 Septembre 2021. 

Si ces accusations sont vérifiées, PM Ariel sera sur la sellette et aura beaucoup à faire pour tenir son poste puisque déjà de nombreuses voix s’élèvent pour exiger justice pour l’ancien président défunt Jovenel Moïse demandent la démission du Premier ministre qui quant à lui se dit déterminé pour que justice soit rendue à l’ancien président de la république assassiné et que ses assassins soient déférés par-devant la justice. 

Un PM sur la sellette, ce ne sera pas bien gai pour Ariel.