Conseil Présidentiel : PHTK décroche le gros lot!

Écrit par Rezo Nodwes, Haïti, publié le 23 mars 2024 

La bande à Martelly-Lamothe-Ariel n’a plus besoin du tandem Sola-Merlo pour continuer à tromper les idiots utiles de la classe politique haïtienne. 

Plus ça change, plus c’est la même mouvance Tet Kale qui s’incruste au pouvoir en Haïti. C’est à croire que le premier des ex premiers ministres de Jovenel Moïse, Dr Jack Guy Lafontant est le plus grand prophète haïtien, en prédisant que son équipe ‘’Bandi Legal’’, maitre des lieux depuis 2011, gardera, sous une forme ou une autre, les rênes de la nation meurtrie d’Haïti entre leurs mains pour encore 50 longues et désastreuses années. 

Un simple coup d’oeil sur la composition du Conseil Présidentiel de Transition (CPT), obtenu au for-ceps par la CARICOM sous la pression du département d’État américain, suffit pour se rendre comp-te que la bande à Martelly-Lamothe-Ariel n’a plus besoin du tandem Sola-Merlo pour continuer à berner les idiots utiles de la classe politique haïtienne. 

Des neuf membres choisis pour siéger au sein de la prochaine présidence collégiale, la majorité des personnalités (Et, il ne s’agit pas des moindres! ) appartiennent à ce secteur qui, pourtant, parait être le plus honni actuellement pour avoir dilapidé les ressources publiques et armé les gangs criminels qui terrorisent la nation. 

Le Parti Haïtien Tèt Kale (PHTK), fondé par le maitre du régime, a délégué, de concert avec UNIR, Pitit Dessalin et OPL l’ex sénateur Edgard Leblanc. Celui-ci, il faut le rappeler, s’était fait damer le pion en 2016 par Jocelerme Privert dans la course à la présidence provisoire, en dépit de l’appui des parlementaires Tet Kale. 

La nébuleuse REN (Rassemblement pour une Entente Nationale et Souveraine s’est fait représenter par l’ex ministre et secrétaire d’État de Martelly, René Jean-Jumeau. 

Les représentants du régime PHTK 3, version 21 décembre, du PM en cavale Ariel Henry, après s’être entre-déchirés ont finalement jeté leur dévolu sur l’ex sénateur Louis Gérald Gilles, au détriment de l’ancien président de la Chambre des Députés, Levaillant Louis-Jeune, du professeur Charles Tardieu et de l’ing-agronome Vikerson Garnier. 

Du coté du parti de l’ancien PM de Jovenel Moïse (cité dans le magnicide du 7 juillet), EDE, l’ex ministre Ghislaine Mompemier s’est fait éjecter de la liste des présidentiables. L’intelligent TiKlod et ses potes du RED et Compromis Historique ont préféré débaucher la protégée de Laurent Lamothe, représentante non ratifiée d’Haïti à l’UNESCO, Dominique Dupuy, pour pouvoir, selon eux, mieux se positionner au sein de la couleuvre à multiples têtes. Les mêmes stratagèmes déployés par Sola pour vendre Jovenel Moise comme un entrepreneur réussi à coup de millions versés dans le projet bana-ne AgriTrans, qui était mort-né, ont été utilisés pour permettre à Dominique Dupuis, ayant vécu plus d’une dizaine d’années à l’étranger, de séduire des individus influents dépourvus de réflexion criti-que. 

Le secteur privé, qui pourtant s’est plaint de n’avoir pas été consulté par les étrangers qui ont con-cocté ce cocktail de mauvais gout, n’a pas désavoué celui qui siège au nom des grands patrons de la bourgeoisie la plus rétrograde des Caraïbes. Laurent St-Cyr (encore un autre PHTK3 du 21 dé-cembre), semble avoir été catapulté au sein du CPT par le Roi en ballade et a été bizarrement doté du pouvoir de voter comme les délégués politiques, alors que les membres issus de la Société Civile se retrouvent dans l’anti-chambre réservée aux simples observateurs mais avec un gros salaire promis pour ne foutre rien. 

Ainsi progresse la République, s’acheminant vers une crise imminente, bien avant que la suivante n’éclate. Quelle triste réalité ! Ah! Ces prestidigitateurs Tet Kale ne cesseront jamais de nous sur-prendre!