Déclaration de MUDHAH-PCSC : Contestation des décisions de la CARICOM sur la crise en Haïti

Écrit par Rezo Nodwes, Rezo Nordwès, Haïti, publié le15 mars 2024 

Note de Contestation de la Proposition Citoyenne de Sortie de Crise (PCSC) Portant sur l’Absence de Transparence autour des Décisions Arrêtées le 11 Mars 2024 à la CARICOM sur la Situation d’Haïti 

PCSC: « Légalisation des gangs sous les yeux de la communauté internationale« 

Les regroupements socio-politiques et personnalités réunis au sein de la Proposition Citoyenne de Sortie de Crise (PCSC) ont fait parvenir à la CARICOM le 11 Mars 2024, avec accusé de réception, un document présentant les points clés de la résolution de la crise aiguë qui sévit contre la popula-tion haïtienne dans toutes ses composantes. 

En effet, depuis l’assassinat crapuleux du président Jovenel Moïse le 7 Juillet 2021, qui constitue un attentat contre l’État Haïtien, le pays vit l’un des moments les plus humiliants de son existence. Des gangs criminels armés se sont d’abord fédérés, puis légalisés, et enfin officialisés sur la scène inter-nationale à travers un discours public prononcé par Madame Helen Ruth Meagher La Lime, Cheffe du Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH). Ces gangs criminels armés occupent actuellement le devant de la scène socio-politique en Haïti en commettant toutes sortes de crimes atroces et d’exactions inhumaines contre une population civile sans défense, créant ainsi un chaos indescriptible sans précédent pour justifier le déploiement de troupes armées étrangères sur le sol national. 

S’ajoute à tout cela le délabrement de l’État et de l’administration publique qui, depuis le 9 Janvier 2023, marquant la fin du mandat des seuls élus de la République, pataugent dans l’inconstitution-nalité troublante et l’absence de légitimité patente des autorités étatiques. L’accord du 21 Décembre 2022, ayant soutenu au pouvoir le Premier Ministre d’exception, Ariel Henry dont la nomination a été consacrée par un tweet de Madame Helen Ruth Meagher La Lime (BINUH), a épuisé tous ses effets sans porter aucun élément de solution à la crise nationale. La présence de Ariel Henry à la primature haïtienne ne répond à aucun critère constitutionnel. 

C’est dans ces entremêlées insaisissables que la CARICOM a convoqué les acteurs haïtiens à proposer la formation d’un nouveau gouvernement devant conduire les rênes de l’État à la suite de l’incapacité matérielle d’Ariel Henry de retourner dans le pays. La PCSC compte parmi les structures importantes ayant acheminé un document de sortie de crise à la CARICOM et met en garde contre toute manoeuvre déloyale d’utiliser l’opportunité des présentes discussions à des fins politiques mesquines. La PCSC dénonce toute décision issue de ces palabres s’écartant des intérêts légitimes de la nation haïtienne exprimés à travers les dispositions explicites des articles 133 et 149 de la Constitution de Mars 1987. 

La PCSC n’entend en aucun cas négocier les intérêts suprêmes du pays pour des miettes d’un pouvoir illusoire. 

La PCSC se réserve le droit légitime de prendre toutes mesures appropriées et d’engager toutes actions que de droit pour forcer le respect de la dignité du peuple haïtien et la reconnaissance du principe de l’inviolabilité de la souveraineté nationale. La PCSC invite tous autres regroupements socio-politiques et personnalités à la rejoindre dans sa démarche pour la sauvegarde des intérêts supérieurs de la nation haïtienne. 

Pour le Comité Ad Hoc, le 14 Mars 2024 : Macsonne POLYTE, Coord. Gnl. (MUDHAH), Moise GARÇON, Coord. Gnl. Adj. (PCSC)