Déclaration du XXIIIe sommet des chefs d’État et de Gouvernement de l’Alba -TCP

Publié par Haïti Liberté, édition du 1er au 7 mai 2024 

«20 ans après la fondation de l’alliance.» Nous, les chefs d’État de Gouvernement de l’Alliance Bo-livarienne pour les Peuples de Notre Amérique -Traité de Commerce des Peuples (ALBA - TCP), ré-unis à Caracas, Venezuela, le 24 avril 2024, pour célébrer le XXIIIe sommet de l’Alliance dans le cadre de la journée internationale du multilatéralisme et de la démocratie pour la paix, en tant que mécanisme de défense et de promotion de la paix, du respect du droit international, respectant tou-jours les idées émancipatrices des grands hommes et des pères précurseurs de l’Amérique latine et des Caraïbes et la volonté et la vocation unioniste des dirigeants fondateurs de notre Alliance, Hugo Rafael Chávez Frías et Fidel Castro Ruz. 

Réaffirmons notre engagement ferme envers le renforcement de L’ALBA - TCP en tant que méca-nisme d’union, de dialogue, de concertation politique, soutenu par les principes de solidarité, de justice sociale, de coopération et de complémentarité économique qui nous permettent d’affronter dans de meilleures conditions les dangers et les défis qui découlent de la situation mondial complexe, caractérisée par le renforcement du non-respect et de la menace constante de la paix, de la sécuri-té, de la souveraineté et de la libre, détermination des nations. 

Convaincus de la nécessité de stimuler à nouveau les principe et les valeurs fondatrices de L’ALBA.-TCP, et dans ce contexte, nous, les pays de l’Alliance : Adoptons le calendrier stratégique 2030 de L’ALBA - TCP comme guide et document vivant pour affronter les années à venir et ren-forcer l’Alliance de façon intégrale dans un effort conjoint pour renforcer les domaines les plus im-portants pour le développement et le bien-être de nos peuples. 

Soulignons l’importance de la Communauté des Etats Latino-américains et Caribéens (CELAC) en tant que mécanisme véritable d’intégration régionale, de dialogue, de concertation politique, à l’in-térieur duquel L’ALBA - TCP doit continuer à élever la voix de nos peuples. C’est pourquoi nous félicitons Saint-Vincent et les Grenadines pour son travail à la tête de la CELAC pendant cette der-nière année et soutenons notre République soeur du Honduras qui a assumé sa présidence tour-nante cette année. 

Affirmons l’importance et notre engagement en défense de la « proclamation de l’Amérique latine et des Caraïbes comme zone de paix » qui, 10 ans après son approbation au IIe sommet de la CELAC à La Havane, Cuba, en janvier 2014, reste pleinement en vigueur. 

Réaffirmons notre ferme soutien au dialogue permanent entre la République Bolivarienne du Vene-zuela et la République Coopérative du Guyana pour trouver une solution satisfaisante pour les par-ties, dans le cadre de ce qu’établit la déclaration conjointe d’Argyle de 2023, qui dit que toute con-troverse entre les deux Etats puisse être résolue dans le cadre du droit international et de l’accord de Genève de 1966 et en maintenant la région comme zone de paix. 

Exprimons notre engagement envers la défense de la souveraineté nationale sans ingérence exté-rieure et par conséquent, condamnons les postulats de la doctrine Monroe qui, 200 ans plus tard, continue à être utilisée pour justifier des actions de déstabilisation et des actions interventionnistes en Amérique latine et dans les Caraïbes. De même, nous condamnons énergiquement, toute action visant à établir de nouvelles formes de domination dans la région et revendiquons. le droit de vivre sur un continent libre d’hégémonie impériale. 

Exigeons la levée immédiate et inconditionnelle des mesures coercitives, unilatérales, criminelles, illégales et injustes imposées au peuple et au Gouvernement du Nicaragua et du Venezuela, parce qu’elles sont irréconciliable avec le droit international, elles violent les droits de l’homme et la Charte des Nations unies et affecte de façon nocive la réalisation pleine du développement économique et social des deux peuples et, par conséquent., de la région. Nous demandons aux pays, respon-sable de l’imposition de telles mesures la réparation et les compensations dues aux pays et aux peuple affectés. 

Soutenons la juste plainte du Venezuela contre les États-Unis, en rejet de la décision arbitraire d’annuler les licences qui facilitaient, les opérations au Venezuela dans différents domaines du secteur de la production. Dans le but d’extorquer le Gouvernement vénézuélien en influent sur ses actions et sur ses décisions saines et un interférant dans ses affaires intérieures. 

Affirmons notre énergique condamnation du blocus économique, commercial et financier, génocide et illégal imposé par le Gouvernement des États-Unis d’Amérique à Cuba et approuvons le soutien historique des Etats membres de l’Alliance à la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies « nécessité de mettre fin au blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis d’Amérique à Cuba. » 

Demandons l’exclusion de Cuba de la liste unilatérale, sale et arbitraire des pays qui soutiennent soi-disant le terrorisme élaborée par le département d’État des États-Unis, qui a un impact négatif dans tous les domaines de la société cubaine et sur le bien-être de son peuple en aiguisant la guer-re économique criminelle et en augmentant les difficultés pour s’intégrer dans le commerce inter-national, réaliser des opérations financières et acquérir du matériel de base. 

Rejetons les nouvelles exigences pour l’accès aux financements du développement des peuples du Sud, avec l’imposition d’une vision euro-centrique qui ne tient pas compte des vulnérabilités face aux impacts négatifs du changement climatique, en particulier pour les petits états insulaire en déve-loppement. 

Réaffirmons notre juste réclamation contre les pays européens pour obtenir des réparations et des compensations pour le colonialisme, les horreurs de l’esclavage, la traite transatlantique des person-nes et le génocide perpétré contre les populations originaires. 

Réaffirmons notre engagement envers les efforts internationaux, en faveur de la fin du colonialisme sous toutes ces formes, et dans toutes ces manifestations, c’est pourquoi nous applaudissons le « séminaire régional des Caraïbes sur la mise en place de la quatrième Décennie internationale pour l’éradication du colonialisme» qui aura lieu en mai 2024 à Caracas, Venezuela. 

Soulignons l’importance de la coopération internationale, y compris de la coopération multilatérale, pour assister les Etats les plus vénérables, les petits Etats insulaires en développement, les Etats en développement sans littoral. Nous soutenons la célébration de la quatrième conférence internatio-nale sur les petits Etats insulaires en développement, sur le thème « en traçant le chemin vers une prospérité résiliente » qui aura lieu à Antigua et Barbuda du 27 au 30 mai 2024. 

Revendiquons la nécessité urgente de coordonner des mécanismes de corporation efficaces et de solidarité avec le peuple de la République soeur d’Haïti pour qu’elle puisse avancer vers la paix durable et le développement soutenable, toujours dans le plein respect de sa souveraineté et en rejetant le schéma d’interventionnisme imposé par les intérêts de l’empire. 

Dénonçons l’utilisation de stratégies de guerre non conventionnelle contre des Gouvernements et des dirigeants démocratiquement élus dans la région, y compris l’utilisation de procédures judiciaire à motifs politiques et sans base juridique (lawfare). 

Exprimons notre plus fermerejet de l’insolite perquisition de l’ambassade du Mexique à Quito par le Gouvernement de l’Equateur qui a créé un dangereux précédent qui porte atteinte à la paix et à la stabilité de notre région et exigeons la restitution du statut de réfugié auparavant accordé par le Gouvernement mexicain à l’ancien vice-président Jorge Glas conformément à la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques et d’autres règles du droit international. 

Exprimons notre plus ferme rejet et notre plus ferme condamnation du génocide que commet Israël dans la bande de Gaza avec la complicité et le soutien du Gouvernement des États-Unis, qui est devenu l’une des pires catastrophes humanitaires de notre temps. C’est pourquoi nous approuvons le communiqué spécial sur la situation en Palestine annexé à cette déclaration. 

Saluons le processus électoral au Venezuela, qui aura lieu le 28 juillet 2024 et réaffirmons notre res-pect du droit de chaque pays à choisir ses autorités sans intervention d’aucune aucune sorte qui amoindrirait l’intégrité et la transparence de son processus démocratique. 

Saluons avec satisfaction le rôle important des BRICS dans la construction d’un monde multipolaire et pluricentré qui avance sur le chemin de l’équité, de la justice et de la prospérité des peuples. De même, nous exprimons notre soutien aux pays membres de L’ALBA - TCP qui ont exprimé leur intérêt à ajouter leurs possibilités à ce bloc d’économies émergentes et aspirons à ce qu’un dialogue direct entre L’ALBA et les BRICS qui construise un équilibre politique et économique mondial plus inclusif, puisse être établi. 

Nous célébrons la commémoration du bicentenaire des batailles de Junin et d’Ayacucho, des gestes héroïques conduites par le Libérateur, Simon Bolivar, qui ont vaincu le colonialisme espagnol du XIXe siècle et ont expulsé de Notre Amérique les armées royales après 200 ans de conquête et de domination. 200 ans après, nous reconnaissons leur sens historique et l’héritage d’unité, de liberté, d’indépendance et d’égalité qui continue à raisonner avec raison et l’essence des luttes des peu-ples de notre Amérique. 

Recevons avec enthousiasme les résultats des débats qui ont eu lieu lors de la Rencontre pour une Alternative Sociale Mondiale qui s’est déroulée du 18 au 20 avril 2024 à Caracas, Venezuela, avec la participation d’organisations et de mouvements sociaux du monde. 

Saluons la désignation du nouveau secrétaire exécutif de L’ALBA-TCP, Monsieur Jorge Arreaza et chargeons le secrétariat exécutif de coordonner la mise en oeuvre du calendrier stratégique 2030 dans ces domaines politique, économique, social, culturel et de la communication en dynamisant un plan économique qui ait pour épicentre la nouvelle architecture financière régionale à travers des institutions comme la Banque de L’ALBA, l’accord, PETROCARIBE et le SUCRE comme instru-ment d’action. 

Traduction Françoise Lopez, Bolivar Infos 25 Avril 2024