Des manifestants continuent d'exprimer leur colère dans les rues

Écrit par Esdra Jeudy, Alter Presse, Haïti, publié le 30 sept 2022 

Comme annoncé, les citoyens de plusieurs régions du pays ont gagné les rues ce jeudi 29 septembre 2022, après les trois journées de grève lancée par le Front unifié des transporteurs et des travailleurs d’Haïti (FUTRAH), pour exiger que le gouvernement revienne sur sa décision d'ajuster les produits pétroliers à la pompe. À Pétion-Ville, des manifestants ont agressé physiquement Magalie Habitant, l'ancienne directrice du Service national de gestion des résidus solides (SNGRS). 

Alors que tous les regards étaient rivés vers le centre-ville de Port-au-Prince en ce qui concerne les mouvements de protestation prévus pour la journée, contre toute attente, aux environs de 13 h, des dizaines de riverains venant principalement du quartier «Jalouzi», le plus grand bidonville de la  commune de Pétion-Ville, ont investi les rues pour dénoncer la cherté de la vie, l'augmentation exagérée de l'essence et réclamer le départ du Premier ministre, Ariel Henry. 

« Je suis dans la rue pour dénoncer la cherté de la vie, je ne peux plus manger, les prix de  tous les produits de première nécessité ne cessent de grimper. En plus, le Gouvernement a décidé d'augmenter le carburant, c'est inacceptable», a crié un jeune manifestant. 

«Ariel Henry refuse d'entendre la raison, il ne travaille qu'au profit de la communauté internationale. Je suis un chauffeur de taxis-motos, depuis plusieurs jours je n'arrive pas à entreprendre mes activités, car je ne peux pas payer le gallon de carburant qui avoisine les 4000 gourdes sur le marché informel», condamne un autre manifestant. 

Munie de branches d'arbres, en scandant des propos hostiles à l'égard du Premier ministre, la foule a parcouru plusieurs rues de Pétion-Ville, puis elle a pris la direction de la commune de Delmas. Au rythme de la musique folklorique les manifestants ont longé la route jusqu’à Delmas 65, où ils ont bifurqué pour retourner au point de départ. 

La manifestation se déroulait sans incident majeur, jusqu'au moment où les protestataires se sont déchaînés contre Magalie Habitant à la rue Chavannes à Pétion-Ville. L'ancienne titulaire du SNGRS a essuyé de nombreux jets de pierres. La militante s'est échappée de justesse grâce au soutien de quelques citoyens qui l'ont aidée à quitter l'espace sur une motocyclette. 

Après quoi les protestataires se sont éparpillés dans la municipalité mettant pratiquement fin à la manifestation. Dans la commune de Carrefour située au sud de Port-au-Prince, des centaines de personnes ont également foulé le macadam ce jeudi. Au moins 5 personnes sont sorties blessées par balle. Les agents de l'ordre sont pointés du doigt. 

Suivant l'annonce des organisateurs, ils seront encore présents dans les rues le 30 septembre, toujours pour dénoncer la décision du Gouvernement de réviser à la hausse le coût de l'essence.