Dossier Jovenel | Impunité - Quatre juges d’instruction en sept mois, aucune ordonnance rendue.

Écrit par Rezo Nòdwès, Haïti, publié le 11 février 2022 

Ariel Henry a plus six mois au pouvoir. A qui peut-on réputer cette responsabilité quand Dr. Henry, lui-même, est au centre du scandale du siècle en Haiti, quoiqu’on dise le contraire. L’enregistrement audio de l’ex-juge d’instruction Gary Orélien, parle des faits indéniables et incontestables. 

Chavanne Étienne succéda au juge Garry Orélien la semaine dernière, lorsque ce dernier s’est vu refuser une extension demandée pour prolonger la durée de l’enquête et rendre son ordonnance. Il a prévu, selon un enregistrement audio obtenu par CNN, de faire « arrêter Ariel Henry, comme l’un des suspects« . 

« Jistis pou Prezidan Jovenel« , c’est comme espérer également sous le ciel d’Haiti « Jistis pou Mèt Dorval » ou encore la tenue du procès du massacre de la Saline, des actes criminels perpétrés par les bandits G9, un groupe réputé proche du régime PHTK. 

Après les révélations fracassantes du juge d’instruction Gary Orélien indexant le Premier ministre de facto, Dr. Ariel Henry, dans la magnicide du 7 juillet 2021, et n’ayant même pas eu le temps de rendre son ordonnance et au cas échéant « procéder à l’arrestation du présumé inculpé Ariel Henry« , son remplaçant a déposé timidement les clefs sous la porte. Il semble donc pour lui que tout cela tourne en rond avec un puissant présumé complice dénoncé dans les coulisses. 

En effet, le juge Chavannes Étienne, le quatrième magistrat - en 7 mois - chargé d’instruire le dossier sur l’assassinat d’Haïti, s’est retiré de la nébuleuse affaire pour convenances personnelles, a-t-il laissé entendre. 

Me. Etienne, moins d’une semaine après sa nomination, n’a pas eu le temps d’ajouter un seul chapitre dans les pages - ou « mémoire » - laissées par son prédécesseur Me. Orélien. Celui-ci dans une rare confidence, a révélé qu' »Ariel Henry est le moteur de l’assassinat de Jovenel » et a rongé les ongles de ne pas pouvoir l’inscrire dans son ordonnance. 

Alors qu’au moins deux présumés suspects sont placés sous la juridiction de tribunaux américains, le commissaire du gouvernement Jacques Lafontant a laissé entendre que le Parquet de Port-au-Prince est toujours en charge du dossier de l’assassinat de Jovenel Moise. 

Il a indiqué que le processus avance pour la sélection d’un 5e juge d’instruction pour venir poursuivre les enquêtes. Entre-temps, Ariel Henry, dénoncé dans l’assassinat, pourra tranquillement continuer de diriger la République et imposer sa nouvelle Constitution et organiser sa « tragédie électorale ».