Du 10 janvier au 7 février 2022, des syndicalistes annoncent de grandes mobilisations populaires

Écrit par Vladimir Predvil,  Le National, publié le 29 décembre 2021 

Le directoire des organisations politiques comme: Moleghaf, KCML, Komipol, Platfòm Boironds Tonnerre et Konbit, Organisation politique syndicale et populaire, dénoncent les actes de banditisme et l’insécurité galopante en Haïti. Ces syndicalistes annoncentla relance desmobilisationsd'ici le commencement de l’année à venir pour exiger les autorités haïtiennes à prendre leurs responsabilités vis-à-vis de chaque citoyen. 

L'un des responsables de l’Organisation politique syndicale et populaire, Guy Numa,exhorte le Conseil national de transition de l’Accord de Montana de faire tout son possible afin de doter le pays d'un nouveau gouvernement de transition anti-néolibéralisme, d’après lui c'est la chose la plus urgente à faire pour sortir Haïtidu chaos actuel. «Cette situation d’insécurité et chaotique ne peut continuer aujourd’hui, le gouvernement en place ne fait qu’exécuter les projets de l’ancien président Jovenel Moïse sans prendre en compte les revendications populaires qui s'aggravent de jour en jour. Ariel Henry n'en fait qu'à sa tête. Et c'est ce même gouvernement, celui des PHTK,qui a décidé d'augmenter le prix des produits pétroliers au détriment de la population haïtienne qui à son tour se trouve en litige avec certains chauffeurs concernant la montée des prix des courses. C'est pour cette raison que nous, les syndicalistes, exhortonsle gouvernement d’Ariel Henry de revenir sur cette décision anti-populaire », a lâché Guy Numa,  qui a laissé comprendre que le rôle de L’État est d'assurer le bien-être collectif et non de plonger le peuple dans la pauvreté extrême. 

Pour sa part, le secrétaire général de Moleghaf, David Oxygène, annonce la reprise des mobilisations populaires à partir du mois janvier prochain. « Nous sommes dans un contexte très difficile. Il ne peut y avoir de liberté ni bien-être sans la mobilisation, le départ du Premier ministre Ariel Henry à la tête de la Primature de la République ne serait possible sans la moindre mobilisation. La manifestation est ce moteur qui permettra au pays de retrouver son état de calme et de sérénité », a-t-il déclaré. 

De ce fait, cette série de mobilisationsse tiendra du 10 janvier au 7 février 2022 contre le banditisme, la vie chère, le kidnapping,mais également pour dénoncer l'impérialisme américaindans le pays.