La Pohdh dénonce les menaces à répétitions à l’encontre du militant de droits humains Pierre Espérance

Par Alter Presse, Haïti, publié le 11 février 2022 

La Plateforme des organisations haïtiennes des droits humains (Pohdh) dénonce les menaces à répétitions, dont est l’objet le directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (Rnddh), Pierre Espérance, dans une note de solidarité transmise à l’agence en ligne AlterPresse. 

Ces menaces et attaques à l’égard de Pierre Espérance se sont amplifiées, suite au rapport du Rnddh, publié le 6 janvier 2022, en ce qui concerne l’assassinat, le 7 juillet 2021, de l’ancien président de facto Jovenel Moise. 

Le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh) a dénoncé une absence de volonté pour trouver les coupables impliqués dans l’assassinat, le mercredi 7 juillet 2021, de l’ancien président de facto, Jovenel Moïse, et de les traduire par-devant la juridiction répressive, dans ce rapport en date du jeudi 6 janvier 2022. 

Le Rnddh y a déploré une absence de supplément d’enquête de police judiciaire et d’instruction judiciaire, six (6) mois après la perpétration de cet assassinat. 

La Plateforme des organisations haïtiennes des droits humains attire l’attention des autorités judiciaires et policières sur la persistance de ces menaces et intimidations à l’encontre du défenseur des droits humains, Pierre Espérance. 

La Pohdh les exhorte à prendre très au sérieux les différentes attaques, perpétrées contre Pierre Espérance et les locaux du Rnddh. 

Des bandits armés non identifiés ont criblé de balles le bâtiment du Rnddh, respectivement, dans la nuit du 9 au 10 avril 2018 et dans la soirée du 10 mai 2020, . 

Un complot du chef du gang G9 et alliés, pour assassiner Espérance a été dénoncé, en avril 2021, par le militant politique et membre de l’organisation socio-politique Viv Ayiti, Lesly Farreau. 

« Le Rnddh représente une organisation emblématique du secteur des droits humains, qui documente rigoureusement les différents massacres et crimes enregistrés dans le pays sur les dix ans du régime sanguinaire du Parti haïtien tèt kale (Phtk) à la tête de l’État », fait valoir la Pohdh. 

En ce sens, le travail du Rnddh constitue une contribution importante et significative dans la lutte contre l’impunité, qui entrave le progrès, en matière de droits humains en Haïti, lit-on dans la note de la Pohdh 

D 2018 à date (fevrier 2022), Haïti fait face à une dégradation continuelle de la situation des droits humains sur son territoire, signale la Plateforme des organisations haïtiennes des droits humains.