L’augmentation des prix du carburant, une attaque contre les plus vulnérables en Haïti, selon plusieurs organisations

Par AlterPresse, Haïti, publié le 8 déc, 2021 

Plusieurs organisations de la société civile, dont la Confédération des travailleuses et travailleurs des secteurs public et privé (Ctsp) et le Collectif Nou p ap dòmi, assimilent l’augmentation des prix des produits pétroliers, à une attaque du gouvernement de facto contre les intérêts des couches les plus faibles, dans des déclarations à AlterRadio/AlterPresse. 

La Confédération des travailleuses et travailleurs des secteurs public et privé (Ctsp) critique la décision du gouvernement de facto d’augmenter les prix des produits pétroliers, dans ce contexte difficile. 

Cet ajustement va créer plus de misère et de souffrance pour les gens les plus vulnérables, à un moment où le coût de la vie est plus élevé, avertit le président de la Ctsp, Jean Bonal Fatal. 

Les nouveaux tarifs du carburant ont été annoncés, en fin d’après-midi du mardi 8 décembre 2021, par le gouvernement de facto, consacrant le doublement des prix du diesel et du kérosène, et une augmentation substantielle de la gazoline. 

A partir du vendredi 10 décembre 2021, le gallon de gazoline passera de 201.00 (Ndlr : US 1.00 = 101.00 gourdes ; 1 euro = 113.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 1.80 gourde aujourd’hui) à 250.00 gourdes (24.38%), le diesel de 169.00 à 353.00 gourdes (109%) et le kérosène de 163.00 à 352.00 gourdes (115.95%). 

C’est ce qu’a indiqué le titulaire de facto du Ministère de l’économie et des finances (Mef), Michel Patrick Boisvert, dans une déclaration de presse du gouvernement de facto sur l’ajustement des prix du carburant, le mardi 7 décembre 2021. 

Ce doublement des prix du diesel et du kérosène devrait permettre d’améliorer les infrastructures, selon le nouveau titulaire de facto du Ministère de la planification, l’ancien sénateur Ricard Pierre, qui a pris fonction le jeudi 25 novembre 2021. 

Jean Bonal Fatal encourage la population à se mobiliser contre les agissements du régime de facto, qui pille les ressources du pays. 

Des milliards de gourdes sont gaspillées, dilapidées, en toute impunité, au niveau du service de circulation des véhicules, deplore la Ctsp. 

La Confédération des travailleuses et travailleurs des secteurs public et privé fustige le comportement des autorités de facto, qui ne font rien pour régulariser le fonctionnement des motos-taxis à travers Haïti. 

Des pourparlers ont été engagés par le gouvernement de facto avec certains syndicats, avant d’ajuster à la hausse les prix du carburant. Par contre, d’autres ont préalablement déclaré s’opposer à cette augmentation. 

L’augmentation des prix du carburant va à l’encontre des intérêts de la population, estime, pour sa part, le Collectif Nou p ap dòmi. 

« Cette décision est une énième attaque contre la population, contre la liberté du peuple haïtien et contre les droits humains. Elle n’aura aucune retombée positive sur la population », martèle James Beltis, membre de Nou p ap dòmi. 

« Prendre la décision de doubler le prix du gallon de kérosène, alors que c’est le produit le plus utilisé par la majorité de la population, signifie une attaque contre son bien-être », poursuit Nou p ap dòmi. 

La structure citoyenne releve combien ce gouvernement de facto n’a jamais pris de décision en faveur de la population et n’obéit qu’aux intérêts internationaux, qui sont contre la volonté du peuple haïtien. 

Le regroupement Nou pap dòmi continue de participer aux travaux relatifs à l’accord du 30 août 2021, dans l’idée de mettre en place un nouveau gouvernement capable de répondre aux besoins de la population. 

En ce sens, le Conseil national de transition devrait être installé, cette semaine, informe-t-il.

À lire aussi: Différentes poches de tensions à Port-au-Prince et en province.