Le Premier ministre haïtien Ariel Henry pointé du doigt par le juge d\'instruction Garry Orélien selon CNN

Écrit par Haïti Press Network, publié le 8 février 2022 

Dans un article publié ce mardi, le journal américain CNN rapporte que l'ex juge d'instruction en charge du dossier de l'assassinat de Jovenel Moïse a pointé du doigt le Premier ministre en poste Ariel Henry. Selon le juge, Dr Ariel Henry est impliqué dans la planification de cet assassinat le 7 Juillet 2021 en la résidence du chef de l'Etat Jovenel Moïse et dans sa dissimulation. L'agence haïtienne Haiti Press Network publie cet article du CNN en français. 

Nous sommes au début septembre, une douzaine d\'hommes lourdement armés d’une équipe d’élite des forces de l’ordre haïtiennes étaient assis tranquillement dans plusieurs véhicules d’infiltration dans la capitale de Port-au-Prince dans le calme de la nuit percé que par le passage occasionnel de motos. 

Ces hommes devraient participer à une importante mission. Ces investigateurs expérimentés de la Police nationale d’Haïti avaient déjà réalisé des missions de haut niveau ayant pour cibles des oligarques, des trafiquants de drogue, des chefs de gangs, même des politiciens. Pour cette nouvelle opération, elle semblait différente, selon de longues conversations que CNN a eues avec deux sources impliquées dans sa planification. 

Cette fois, s’ils exécutaient avec succès leur mission, les sources ont déclaré que cela allait changer la trajectoire de toute une nation en aidant les enquêteurs à prouver que le Premier ministre du pays était lié à un assassinat. 

Environ deux mois plus tôt, tôt le matin du 7 juillet 2021, le président haïtien Jovenel Moïse avait été assassiné dans sa résidence à Pèlerin 5, dans les hauteurs de Pétion ville. 

Plus de deux douzaines d’hommes armés ont envahi l’enceinte de la résidence du président où ils ont rencontré peu ou pas de résistance des forces de sécurité chargées de la protection du président et de sa famille. Jovenel Moïse a été abattu de 12 balles et tué sur le champ. Sa femme, Martine Moïse, a également été touchée à plusieurs reprises mais a survécu. 

L’homme chargé d’organiser l’escadron d’assassinat, selon les autorités haïtiennes, était un ancien responsable haïtien de la lutte contre la corruption nommé Joseph Felix Badio, en fuite. Mais cette nuit au début de septembre, ces agents infiltrés pensaient savoir exactement où se trouverait Badio : lors d’une réunion avec le Premier ministre haïtien Ariel Henry, à l’intérieur de sa résidence officielle dans la capitale. 

Un informateur avait alerté les enquêteurs de la Police judiciaire que le PM Ariel Henry rencontrerait Badio cette nuit-là. Depuis l’assassinat, les deux hommes s’étaient déjà rencontrés deux fois en personne, selon les enquêteurs. Pendant des semaines, les enquêteurs haïtiens ont cru que Ariel Henry lui-même était impliqué à la fois dans la planification de l’assassinat et dans sa dissimulation. 

Une réunion privée entre Henry et l’un des principaux suspects dans l’affaire, pensaient-ils, aiderait à relier ces points. Le plan était d’arrêter Badio quand il quitterait la maison puis, à une date ultérieure et avec la preuve de la réunion en main, d’arrêter Henry aussi. 

Mais Badio ne s’est jamais présenté. Henry resta à l’intérieur toute la nuit, et après le lever du soleil, les enquêteurs de la PNH décidèrent d’abandonner leur mission. Les investigateurs ont déclaré à CNN qu’ils avaient appris plus tard que la nouvelle du raid potentiel avait fuité. Badio et Henry avaient été avertis, ont-ils dit, alors la rencontre a été annulée. 

Le raid manqué n’est qu’un exemple parmi d’autres des enquêteurs haïtiens contrecarrés dans leurs tentatives d’investiguer sur l’assassinat du président. Plusieurs sources policières ont déclaré à CNN qu’un homme se trouve au centre d’une grande partie de cette obstruction: Ariel Henry. Nous ne les identifions pas pour des raisons de sécurité. 

Ces sources disent avoir exposé clairement une série d’actions douteuses qui, disent-elles, détaillent l’implication présumée du Premier ministre dans l’assassinat à la fois dans la planification de l’assassinat du Président Moïse mais aussi en aidant à le dissimuler. 

Et, lorsque deux des plus hautes autorités judiciaires ont engagé formellement des poursuites contre lui, elles ont été mises à pieds. « Henry est au centre de tout », a déclaré un enquêteur à CNN. Les appels de CNN à Henry sont restés sans suite bien qu’il ait précédemment nié toute implication dans l’assassinat. Le premier ministre a souvent fait du meurtre de Jovenel Moïse et la recherche de justice pour sa famille, une mission personnelle. 

« Rien. Absolument rien. Aucune manoeuvre politique, aucune campagne médiatique, aucune distraction ne peut me dissuader de cet objectif d’apporter justice au président Moïse », a déclaré Henry aux dirigeants mondiaux à l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre dernier. 

Même si la procédure sur l’assassinat du Président se poursuit toujours en Haïti, mais pratiquement, il est presque mort. Il n’a produit aucune nouvelle arrestation, aucun nouveau suspect ou aucune preuve depuis août, mais techniquement, il continue. 

Des dizaines de suspects arrêtés dans les premières semaines qui ont suivi l’assassinat sont toujours détenus dans une prison haïtienne. Aucun d’entre eux n’a été formellement inculpé. Jusqu’à récemment, le juge Garry Orélien était le plus haut responsable judiciaire en Haïti à instruire l’affaire. Dans un enregistrement réalisé à l’automne 2021, alors qu’il était en charge de l’instruction, Me Garry Orélien avait très clairement donné son point de vue sur l’implication du PM Henry dans cet assassinat. 

« Ariel Henry est lié et est un ami personnel du présumé cerveau de l’assassinat. Ils l’ont planifié avec lui. Ariel est l’un des principaux suspects du meurtre de Jovenel Moïse, et il le sait », a déclaré Garry Orélien dans l’enregistrement, obtenu exclusivement par CNN. 

CNN a vérifié l’enregistrement en le comparant à d’autres enregistrements connus d’Orélien et grâce à de nombreuses conversations que CNN a eues avec lui, ainsi qu’à partir de messages vocaux. Orélien ne savait pas qu’il était enregistré. « Je ne me souviens pas d’avoir parlé de l’affaire à qui que ce soit en détail », a déclaré Orélien lorsqu’on l’a interrogé sur l’enregistrement. « Beaucoup de gens essaient d’influencer l’affaire et je ne jouerai pas leur jeu. » 

À lire aussi: L’ex-procureur Bedford Claude révèle avoir subi des pressions d’Ariel Henry, suite à des mandats décernés