L'économie haïtienne vue par la BRH

Par John Smith Justin, Le National, Haïti, publié le 29 octobre 2021 

La Banque de la République d’Haïti (BRH) a publié une note sur la politique monétaire en Haïti pour le 4e trimestre de l’exercice fiscal 2021. Cette note dresse un bilan sur les changements qui se sont produits dans l’économie de juillet à septembre et les décisions prises par la BRH pour s'y adapter. 

Les deux catastrophes naturelles qu'a connues le pays durant le 4e trimestre de l'exercice fiscal 2020-2021 ont eu de graves conséquences sur l’économie haïtienne, selon la Banque de la République d’Haïti (BRH). En effet, le séisme du 14 aout et la tempête tropicale Grace ont occasionné d'importantes pertes matérielles et en vies humaines. Ces deux évènements se sont produits dans un contexte où la situation socio-politique et sécuritaire d’Haïti était déjà au point mort. Comme conséquence l'activité économique est affectée, générant ainsi des tensions additionnelles sur le marché des changes, a expliqué la BRH. 

Ajoutées à cela, les raretés répétées de carburant durant ces trois derniers mois ont eu des impacts négatifs sur le fonctionnement des entreprises et les circuits d'approvisionnements des marchés locaux. Pour faire face à cette situation, la BRH a renforcé sa politique de reprise oisive dans le système bancaire à travers des opérations d'Open Market (bons BRH et des interventions sur le marché des changes) afin de réduire les fluctuations du taux de change et limiter les incidences sur les prix. 

« La BRH a renforcé sa présence sur le marché des changes à partir des injections visant à combler le déficit d'offre de dollars, confortée par l'augmentation de son coussin de réserves suite à l'allocation DTS reçue du FMI en août 2021. Elle a ainsi procédé à des ventes de l'ordre de 129,72 millions de dollars EU contre 112,5 millions au trimestre précédent, ce qui a permis de stériliser plus de 12 milliards de gourdes de liquidité. Le solde net entre achats et ventes de devises, bien que maintenu positif, s'est considérablement réduit, passant de 51,30 millions de dollars en juin à 7,90 millions en septembre.  Ceci traduit une meilleure alimentation du marché en devises étrangères par la Banque centrale », lit-on dans la note de la BRH sur la politique monétaire 

Selon l'étude réalisée par la BRH, les indicateurs de conjoncture montrent que l'économie haïtienne a fait un recul durant le dernier trimestre de l’exercice fiscal 2020-2021. Le séisme et la tempête qui ont ravagé le Grand Sud ont occasionné un ralentissement de la capacité productive des agriculteurs de cette région entrainant du même coup une augmentation du déficit en denrées alimentaires. L'ensemble du pays en souffre puisque la région Sud représente une part importante dans l'offre locale de biens et de services. 

La hausse du taux de change durant les mois précédents a conduit à une augmentation de l'Indice des prix à la consommation (IPC) en rythme mensuel et de l'inflation. « L'inflation mensuelle est ressortie à 2,1 % en août 2021, marquant une accélération de 90 points de base par rapport à juin. En glissement annuel, l'effet de base lié à une progression des prix plus importante au cours de l’exercice précédent s'est poursuivi et le taux d'inflation annuel s'est établi à 10,9 % en août contre 12,7 % un trimestre plus tôt », a fait savoir la BRH. 

Un déficit commercial est aussi observé selon les données sur les importations et les exportations : « Les données disponibles sur les échanges avec l'extérieur indiquent une augmentation de 20 % de biens à 3 684, 92 millions de dollars sur les 10 premiers mois de l’exercice 2020-2021. Cette progression est imputable à la facture pétrolière qui a crû de 27,4 % pour s'établir à 729,9 millions de dollars et aux importations d'articles manufacturés dont la valeur s'est accrue de 28,4 % pour se porter à 816,3 millions de dollars. Ces deux rubriques représentent respectivement 20,4 % et 22,2 % du total des importations. Du côté des exportations, un accroissement de 25,5 % a été enregistré sur la même période portant le total à 906,4 millions de dollars ÉU, reflétant ainsi la reprise de la demande mondiale après le choc occasionné par la pandémie de coronavirus. De cette évolution des exportations et des importations sur les 10 premiers mois de l’exercice 2020-2021, il en résulte une détérioration de 18,2 % du solde commercial, lequel est passé de -2,35 milliards à -2,78 milliards de dollars », a ajouté la note. 

En termes de perspectives, la BRH compte sur l'évolution de la conjoncture politique et sécuritaire pour faire remonter l’économie haïtienne. Elle sollicite également l'adoption de mesures pour atténuer les effets des deux chocs naturels qui ont affecté le pays. De plus, au niveau des finances publiques, il est nécessaire qu'il y ait un budget réaliste allant dans le sens du renforcement des capacités des autorités fiscales. L'application de ces dispositions permettra la relance de l’activité économique.