Les États-Unis sur la sellette à l’Onu au sujet du flux incessant d’armes de la Floride vers Haïti 4 juillet 2024

Écrit par Alter Presse, Haïti, publié le 4 juil. 2024 

La Russie et la Chine dénoncent à nouveau l’absence de dispositions des États-Unis d’Amérique pour empécher le flux d’armes illicites vers Haïti, dans des interventions à une réunion, le mercredi 3 juillet 2024, du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (Onu), sur la crise en Haïti. 

L’embargo actuel sur les armes, imposé par le Conseil de sécurité de l’Onu à Haïti, n’empêche pas le flux d’armes vers le pays, en provenance des États-Unis, déplore le représentant de la fédération de Russie, Vassily Nebenzia, lors de cette réunion, suivie par AlterPresse. 

La principale voie de contrebande d’armes va de la Floride à Haïti, note-t-il. 

Nebenzia critique le comité du Conseil de l’Onu pour avoir renoncé à utiliser des sanctions pour s’attaquer à ce problème. 

« Sa liste actuelle comprend cinq personnes, qui sont des chefs de gangs criminels. Cependant, les activités du monde criminel ne constituent qu’une petite partie du problème. De plus, les gangs n’ont pas de biens ou d’actifs à l’étranger et ne voyagent pas à l’étranger, contrairement aux trafiquants d’armes américains ». 

Le Conseil de sécurité de l’Onu a voté à l’unanimité, le vendredi matin 21 octobre 2022, une résolution établissant « un régime de sanctions spécifiques, ciblant les chefs de gangs armés qui opèrent en Haïti et tous ceux qui les soutiennent », en finances et en armes. 

Ces mesures restrictives consistent, pour ces personnes, en l’interdiction de voyager, le gel de leurs avoirs et un embargo sur les armes pour les acteurs non étatiques, suivant le texte approuvé par 15 nations. 

Les groupes armés continuent de contrôler les principaux points d’entrée et de sortie de la capitale ainsi que d’importantes installations de transports, déplore la fédération de Russie. 

Elle appelle la Mission multinationale d’appui à la sécurité à travailler en étroite coordination avec les forces de sécurité nationales. 

De son côté, notant l’afflux incessant d’armes illicites vers Haiti, le représentant permanent de la Chine auprès des Nations unies, Fu Cong, a exhorté l’Onu à renforcer son contrôle des armes. 

La Police nationale haïtienne continue de saisir des armes et munitions en provenance des États-Unis, rappelle-t-il, soulignant l’importance de renforcer les capacités de l’institution policière. 

L’administration générale des douanes (Agd) a informé avoir saisi, le vendredi 5 avril 2024, au Bureau de la douane du Cap-Haïtien (Nord), 12 fusils d’assaut et 14 pistolets de calibre 9 mm, suite au contrôle douanier d’un container en provenance des États-Unis d’Amérique, dans une note sur son compte X. 

999 cartouches, dont 638 de calibre 2.56 mm, 278 de calibre 9 mm, 52 de calibre 7.62 mm et 36 de calibre 40 ainsi que 34 chargeurs ont été également confisqués. 

L’ambassadrice des États-Unis auprès de l’Onu, Linda Thomas-Greenfield, a souligné les efforts de son pays pour faire respecter l’embargo sur les armes et emp?cher le flux illicite d’armes vers Haïti. 

Elle appelle le Conseil de l’Onu à envisager des sanctions contre les individus et les entités responsables d’actions. qui menacent la paix et la sécurité en Haïti. 

Les États-Unis ont aussi souligné « la nécessité de promouvoir la responsabilisation pour les atrocités passées ». 

Ils ont dressé un tableau sombre de la crise en Haïti, où près de 5 millions de personnes sont aux prises avec une grave insécurité alimentaire. 

« La nourriture, l’eau et les médicaments sont souvent rares et les États doivent accroître l’aide humanitaire à celles et ceux, qui en ont besoin. Dans tout le pays, les gangs ont commis de terribles atrocités, notamment des meurtres, des viols de masse, des enlèvements, le recrutement forcé, l’exploitation et le trafic d’enfants ». 

Les États-Unis font état d’attaques coordonnées des gangs armés, qui ont poussé des dizaines de milliers de personnes à quitter leurs foyers.