L’Opc appelle à poursuivre l’Etat par devant des instances internationales, suite au décès d’une douzaine de prisonniers

Écrit par Alter Presse, Haïti, publié le 30 sept. 2022 

L’Office de la protection du citoyen (Opc) encourage les parents des prisonniers décédés dans de mauvaises conditions de détention à s’associer pour attaquer l’Etat haïtien par devant des instances internationales, dans une note dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse. 

Du 23 août au 27 septembre 2022, plus d’une douzaine de décès ont été rapportés, suite à la pénurie de nourriture qui sévit, depuis plusieurs semaines, dans les prisons civiles des Cayes, de Saint-Marc, de Jérémie, de Fort Liberté, de Jacmel et de Petit-Goâve, indique l’Opc. 

La pénurie de nourriture à laquelle font face plusieurs prisons du pays, la persistance de la crise sociopolitique et les diverses formes de tortures sont les principales causes de la mort de ces 12 prisonniers, relève-t-il. 

Les trois derniers cas ont été enregistrés, le 27 septembre 2022, dans la prison civile de Petit-Goâve. 

Des mesures urgentes doivent être prises de concert avec les partenaires internationaux évoluant dans le domaine humanitaire en vue de limiter les dégâts dans les prisons, en attendant des réformes structurelles, recommande l’Opc. 

Il lance un appel à la solidarité en vue d’améliorer les conditions de vie et de freiner les pertes en vies humaines des personnes privées de liberté. 

Le nombre d’incarcération s’accroît sans frein ayant pour principale cause « l’incapacité des autorités à assumer leurs responsabilités, à respecter les délais de procédure judiciaire tels que prévu par les lois haïtiennes et les instruments internationaux portant sur les garanties judiciaires », regrette l’Opc, 

Il invite toutes les autorités concernées à prendre leurs responsabilités et à faire respecter les droits des détenus, afin de leur épargner un traitement inhumain.