L’opposition est prête à discuter, mais pour préparer le départ de Jovenel Moïse

Par  Le Nouvelliste, Haïti, publié le 8 avril 2021 

L’opposition politique garde sa position : le mandat de  Jovenel Moïse est arrivé à terme depuis le 7 février 2021. Par conséquent, tout dialogue, à présent, doit servir à préparer le départ de l’actuel occupant du Palais national, de l’avis de Youri Latortue, opposant au pouvoir en place. 

Le chef de l’Etat, Jovenel Moïse, occupe encore le Palais national deux mois après que l’opposition politique et plusieurs secteurs de la vie nationale ont constaté la fin de son mandat. Si l’opposition peine à trouver la meilleure stratégie pour renverser le pouvoir en place, elle continue de maintenir cette position concernant la fin de son mandat. Youri Latortue, un ancien sénateur de la République, fait partie de ceux qui plaident pour un départ ordonné de l’actuel occupant du palais national. En ce sens, précise-t-il, l’opposition est prête à discuter, mais c’est pour négocier le départ de Jovenel Moïse, arguant que le mandat de Jovenel Moïse  est arrivé à terme le 7 février 2021. 

C’est sur la base de l’article 134-2 de la Constitution que l’opposition politique et plusieurs secteurs de la vie nationale pressent Jovenel Moïse à quitter le pouvoir.  La loi mère du pays n’a pas été modifiée, souligne Youri Latortue, alors cette position ne saurait changer. 

«L’opposition doit tenir sa ligne. Il se peut que la loi accuse une défaite en réalité, mais la défaite de la loi est toujours éphémère. Cependant, il faut s’allier à la loi qui doit en définitif triompher»,  affirme Youri Latortue lors de sa participation à l’émission Panel Magik ce mercredi 7 avril. 

M. Latortue reconnait le fait qu’il y ait plusieurs approches de l’opposition. L'ancien parlementaire précise que les différentes structures de l’opposition sont en train de travailler afin de proposer des pistes de solution pour résorber la crise politique qui perdure dans le pays, mettant fin aux suspicions de discorde au sein de l’opposition. 

L’organisation Religions pour la paix tente une nouvelle fois de mettre sur la table des négociations les protagonistes de cette crise dans l’espoir de trouver un dénouement heureux. Youri Latortue prend ses distances par rapport à cette démarche. Contrairement aux informations qui circulent, il dit n’avoir pas écrit à cette structure  pour lui demander de jouer le rôle de médiateur pour résoudre la crise. L'ex-sénateur explique, cependant, qu’au début de l’année 2021, lors d’une rencontre avec plusieurs partis politiques, il avait demandé à monseigneur Dumas, qui présidait la réunion, de jouer sur « toutes ses forces morales » pour faire comprendre à Jovenel Moïse que son mandat prendra fin le 7 février 2021. Sa demande, révèle-t-il, s’est soldée par un échec. Monseigneur Dumas lui a signifié son refus, mentionnant que ce projet ne fait pas partie de son plan quinquennal, tout en revenant sur la mésaventure de l’institution lors d’un processus de dialogue enclenché antérieurement.