L’organisation Antèn Ouvriye demande à l’équipe de transition de lancer un signal fort contre l’impunité

Écrit par Alter Presse, Haïti, publié le 27 juin 2024 

L’organisation syndicale Antèn Ouvriye Ayiti (Aoa) demande au au Conseil présidentiel de transition (Cpt) et au premier ministre Garry Conille d’envoyer, à travers des actions concrètes, un signal fort contre l’impunité en Haïti, dans une note transmise à l’agence en ligne AlterPresse. 

L’action publique doit ?tre mise en mouvement contre toutes celles et tous ceux qui sont impliqués, notamment dans la dilapidation de plusieurs milliards de dollars américains (Ndlr : US $ 1.00 = + 140.00 gourdes ; 1 euro = 142.00 gourdes ; 1 dollar canadien = 97.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 2.40 gourdes aujourd’hui) du fonds Petrocaribe de l’aide vénézuélienne à Haiti [1] sous la présiden-ce de René Préval (14 mai 2006 - 14 mai 2011), Michel Joseph Martelly (14 mai 2011 - 7 février 2016) et Jocelerme Privert (14 février 2016 - 7 février 2017), exige-t-elle. 

Antèn Ouvriye Ayiti exhorte le commissaire du gouvernement près le tribunal civil de Port-au-Prince, Jean Edler Guillaume, à mettre l’action publique en mouvement contre tous les membres du gouver-nement de facto sortant d’Ariel Henry et ses alliés, tous les chefs de bandes criminelles pour crimes contre l’humanité, entre autres. 

Elle demande de juger les membres des gangs armés et de les condamner à passer le reste de leur vie en prison, pour les actes d’enlèvements de personnes, de viols de femmes et de filles, d’incen-dies et de destructions de maisons. 

« Ce sera un signe montrant combien le Cpt n’encourage pas l’impunité dans le pays ». 

Il faut donner des moyens à la Police nationale d’Haïti (Pnh), pour qu’elle puisse reprendre le con-trôle du territoire national et permettre la libre circulation des personnes et des biens, préconise l’or-ganisation syndicale. 

« Déposez les armes et reconnaissez l’autorité de l’État » : tel est le message du premier ministre Garry Conille, adressé aux gangs armés qui terrorisent Haïti, en accueillant officiellement à Port-au-Prince un premier contingent de la Mission multinationale d’appui à la sécurité (Mmas) en Haïti, dirigée par le Kenya, venue en soutien à la Pnh. 

« Nous allons reprendre petit à petit notre pays, sans affrontement, si ce n’est pas nécessaire. Ce-pendant, que personne ne se doute de l’objectif ! L’État va reprendre charge et réaffirmer son auto-rité pour que tout le monde puisse vivre en paix », poursuit le premier ministre. 

Le premier groupe de policiers kenyans est prêt à accompagner l’État, pour reprendre le contrôle du territoire d’Haïti, maison par maison, quartier par quartier, ville par ville, déclare Garry Conille, lors d’une visite aux policiers kenyans, le mercredi 26 juin 2024. 

Conille en a profité pour témoigner de la solidarité et de la reconnaissance de son gouvernement et du peuple haïtien à la Mission multinationale d’appui à la sécurité en Haïti. 

Le chef du gouvernement a réitéré sa ferme volonté et sa détermination à mettre tout en oeuvre, avec l’appui de la force multinationale, en vue du rétablissement de la paix et de la sécurité en Haïti. 

De janvier à mars 2024, plus de 2,500 personnes ont été tuées ou blessées à cause de la violence des gangs armés, soit une augmentation de 53% par rapport au trimestre d’octobre à décembre 2023, selon un rapport du Bureau intégré des Nations unies en Haïti (Binuh). 

De juin 2023 à juin 2024, 36 policiers.ères ont été assassinés, parmi eux 20 pour la seule période allant de janvier à mi-juin 2024, dénombre le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh) , à l’occasion du 29e anniversaire de la Police nationale d’Haïti (12 juin 1995 - 12 juin 2024). 

Par ailleurs, Antèn Ouvriye Ayiti exige, au niveau administratif, des audits dans toutes les institutions publiques, notamment les Ministères de l’économie et des finances (Mef), de la planification et de la coopération externe (Mpce), des travaux publics, transports et communications (Mtptc), des affaires étrangères et des cultes (Maec). 

Des audits doivent également ?tre effectués dans les institutions autonomes de l’État, comme l’Offi-ce national d’assurance vieillesse (Ona), l’Office d’assurance accidents du travail, maladie et mater-nité (Ofatma), l’Office d’assurances des véhicules contre tiers (Oavct) et le Fonds national de l’édu-cation (Fne). 

Le nouveau premier ministre de la transition en Haïti, a promis, d’un ton tranchant, d’appliquer une tolérance zéro contre la corruption, qui gangrène l’administration publique en Haïti, en conférence de presse le jeudi 20 juin 2024. 

Une série de dispositions structurelles immédiates vont être prises, en vue d’éradiquer le phénomène de la corruption au sein de l’administration publique en Haïti, en tenant compte de la réalité du mo-ment, annonce le chef du gouvernement de transition. 

Antèn Ouvriye Ayiti invite aussi l’État à réviser la grille salariale dans l’administration publique, résou-dre les inégalités existant entre les employés de l’État, surtout les enseignantes et enseignants des écoles publiques et les médecins des hôpitaux publics. 

Elle réclame l’augmentation à 1,500.00 gourdes (Nddlr : US $ 1.00 = +140.00 gourdes ; 1 euro = 142.00 gourdes ; 1 dollar canadien = 97.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 2.40 gourdes aujourd’hui) du salaire journalier des ouvrières et ouvriers de la sous-traitance, la baisse des prix à la pompe des produits pétroliers et des transports publics, ainsi que la diminution des prix des biens essentiels à consommation, des produits de première nécessité. 

Le salaire minimum journalier dans les usines de sous-traitance a été fixé à 685.00 gourdes (Ndlr : US $ 1.00 = 104.00 gourdes ; 1 euro = 118.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 1.90 gourde à l’époque), avait annoncé le bureau du premier ministre de facto Ariel Henry. 

Le gouvernement d’Ariel Henry a annoncé, en juillet 2023, une baisse de seulement 10.00 gourdes sur le gallon de gazoline et de 50.00 gourdes (Ndlr : US $ 1.00 = + 150.00 gourdes ; 1 euro = 155.00 gourdes ; 1 dollar canadien = 105.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 2.60 gourdes en juillet 2023), sur les gallons respectifs de diesel et de kérosène ou gaz blanc. 

Le gallon de gazoline était passé, en septembre 2022, de 250.00 à 570.00 gourdes (128%), le diesel de 353.00 à 670.00 gourdes (89.81%) et le kérosène de 352.00 à 685.00 gourdes (94.60%). 

Les nombreuses mobilisations contre toutes velléités gouvernementales d’ajuster, en septembre 2022, les prix à la pompe des produits pétroliers sur le marché national ont été vaines.