Michaëlle Jean à CARICOM : « Le régime dont est issu Ariel Henry, permet une impunité totale pour les forces mafieuses qui ont détruit le pays »

Écrit par Rezo Nòdwès, Haïti, publié le 5 mars 2022 

GOUVERNEURE MICHAELLE JEAN : LE CHOIX D’ARIEL HENRY PAR LE CORE GROUP, « EST UNE OFFENSE » UN DÉLIT D’INGÉRENCE POUR LES HAÏTIENS. 

Plusieurs personnalités de la Société Civile Haïtienne, incluant l’ancienne Gouverneure-générale du Canada, l’haitiano-canadienne Michaëlle Jean, ont adressé une correspondance ouverte aux dirigeants de la CARICOM, lors de leur 33ème réunion intersessionnelle, pour dépeindre un portrait de la situation actuelle et réelle d’Haiti. Dans un document de sept pages, Madame Michaëlle Jean de « Think Tank Haiti« , l’ancien Ambassadeur d’Haiti à Washington, M. Raymond Joseph, et Mme Myrtha Désulmé, Présidente de « Haiti-Jamaica Society« , entre autres, se sont interrogés sur la capacité du Dr. Ariel Henry et son régime de facto, à conduire le pays vers des élections « libres et équitables« . 

Quelle est la probabilité que des élections libres et équitables puissent avoir lieu dans un avenir proche en Haiti, se sont-ils demandés tout en priant les dirigeants de la Caricom à prendre lecture du document leur permettant « d’avoir une vision équilibrée de la situation actuelle en Haiti« . 

« La légitimité d’Ariel Henry est sérieusement minée aux yeux du peuple haïtien. Il a été nommé Premier Ministre par le Président Jovenel Moïse qui, voulant gouverner par décret, a démantelé toutes les institutions garantes de l’Etat de droit« , a dénoncé la Gouverneure Jean. Elle a voulu signifier par là que le régime dont est issu le Dr. Ariel Henry, après avoir « démantelé l’Assemblée nationale et empêché les élections législatives« , a permis une impunité totale pour les forces mafieuses qui ont détruit Haiti. 

Le pire dans tout cela, a poursuivi Madame Michaelle Jean, « le clan politique auquel Henry est associé a été fortement impliqué dans le scandale Petrocaribe, l’affaire de corruption la plus grave qu’Haïti ait connue au cours des dernières décennies« . Ainsi, venir annoncer jeudi une aide de $45 millions sur quatre (4) ans à Haiti, pour un pays qui avait plus de $4 milliards dans ses caisses pour des projets de développement durable, est « une gifle de la Caricom« , a estimé le Dr. Josué Renaud de New England Humans Rights Organization (NEHRO). 

Le Dr. Ariel Henry qui s’est fait passé pour le nouvel homme homme fort d’Haïti, un deuxième AprèDye, n’est qu’un pur produit fabriqué à l’intérieur des ambassades à Port-au-Prince. Un dirigeant de doublure, de style de Banana Republic, a laissé entendre Michaelle Jean. « En raison de l’absence de dispositions constitutionnelles et d’une formule démocratique pour combler cette vacance présidentielle, un « Core group » d’ambassadeurs, sous la direction des États-Unis, de l’Union européenne, des Nations unies, de la France et du Canada, a choisi Henry. » 

Pour le peuple haïtien, a résumé l’ancienne Gouverneure-générale du Canada, »c’est un délit d’ingérence« , tout en dénonçant vertement l’hypocrisie de ces Blancs qui veulent toujours tenir la route avec Ariel Henry du PHTK vers la catastrophe inévitable et l’effondrement total du pays. « Et maintenant la communauté internationale claironne que la solution à la crise doit venir des Haïtiens. La communauté internationale n’a pas non plus pleinement reconnu la « Commission pour une solution haïtienne » qui, depuis le mois de juillet, face à l’extrême urgence, a réuni des forces citoyennes et des organisations de la société civile et porté l’Accord de Montana en faveur d’un gouvernement de transition et d’un intérim de deux ans« . 

Michaelle Jean a rappelé aux membres de la Caricom que le Premier ministre de fait, Dr. Ariel Henry, a son propre agenda et ceci « lors de la conférence du 22 janvier que le gouvernement canadien a organisée« . 

« M. Henry a reçu des instructions fermes pour initier un processus électoral et établir un pacte avec la société civile. Les signataires de l’Accord de Montana, auquel plusieurs partis politiques ont adhéré, n’étaient pas invités. Si la solution doit venir des Haïtiens, alors ce sont eux qui doivent choisir et décider« , a-t-elle insisté pour en finir une fois pour avec l’hypocrisie « woule’m de bò« . de la communauté internationale prévoyant de dépêcher lundi une autre émissaire du département d’Etat en Haiti. 

Cette visite de Madame Anne Witkowsky, Secrétaire d’État adjointe au pays du 7 au 9 mars prochain, viendra-t-elle renforcer la politique de l’immobilisme du Dr. Ariel Henry pour lui permettre de monter son CEP-Dermalog illégitime ou forcer les membres du BSA (Accord Montana) à se plier aux injonctions américaines tout comme Vladimir Poutine tend, avec les canons et la mitraille à le faire en Ukraine?