Nouvelle agression du gouvernement américain contre le Venezuela

Écrit par Fernando Ramón Bossi Rojas, Haïti Liberté, édition du 11 au 17 janvier 2023 

Le 15 décembre, le Sénat américain a approuvé la ``Loi interdisant les transactions et les baux avec le régime autoritaire illégitime du Venezuela ``, irrespectueusement appelée `` Loi Bolivar ``. 

Avec cette nouvelle réglementation, il est interdit aux agences fédérales de faire des affaires de quelque nature que ce soit avec des personnes ou des entreprises liées au gouvernement véné-zuélien. Il s’agit d’une nouvelle agression qui vient s’ajouter aux nombreuses mesures coercitives unilatérales que le gouvernement américain a appliquées contre le Venezuela. 

L’initiative et la proposition de cette loi sont venues du sénateur Rick Scott, républicain et ancien gouverneur de Floride, et ont été coparrainées par Jacky Rosen, Marco Rubio et Thom Tillis, entre autres, tous reconnus comme étant d’extrême droite, interventionnistes et amis des coups d’État, des invasions et des violations des droits de l’homme. 

Le gouvernement bolivarien, par le biais d’une déclaration publiée par le ministère du pouvoir populaire pour les affaires étrangères, a fermement répudié cet instrument, `` contraire au droit international et conçu à partir des secteurs extrémistes de la politique américaine `` ; comprenant qu’ainsi il ``viole l’intégrité du peuple souverain du Venezuela ainsi que celle des entreprises améri-caines elles-mêmes, en leur faisant courir le risque d’être pénalisées, arbitrairement, injustement et illégalement, lorsqu’elles exercent leur droit au libre-échange par le biais de contrats avec le gouvernement bolivarien``. 

Il est clair que cette nouvelle agression vise directement à entraver le dialogue qui a repris entre le gouvernement vénézuélien et l’opposition, après l’interruption causée par l’enlèvement du diplo- mate vénézuélien Alex Saab, qui est actuellement jugé aux États-Unis en violation de toutes les règles du droit international. `` Cette mesure abusive démontre, une fois de plus, la détermination des secteurs ultraconservateurs et putschistes de la politique américaine, qui s’acharnent à vouloir renverser le gouvernement vénézuélien et à dynamiter toute voie possible de dialogue et de relations constructives entre les deux pays``, indique le communiqué du ministère vénézuélien des Affaires étrangères. 

Il semble que ce soit une coïncidence qu’à deux jours de l’anniversaire du passage du Libérateur à l’immortalité, les sénateurs américains, avec un manque absolu de respect et trahissant une ignorance suprême, appellent cet instrument la `` loi Bolivar ``, un texte catégoriquement éloigné de l’idéal bolivarien fondé sur les valeurs républicaines et l’engagement envers les principes de liberté, de démocratie et de paix. 

Mais si les forces bolivariennes ont condamné cette nouvelle atteinte à la souveraineté vénézué-lienne, il est également nécessaire que l’opposition s’exprime. Il ne peut y avoir de dialogue franc et sincère lorsque l’une des parties, par action ou omission, permet que l’espace choisi pour la compréhension soit dynamité de l’extérieur. La bonne foi de l’opposition démocratique doit se manifester par des actes, en condamnant sans réserve cette loi scélérate qui ne fait que menacer la stabilité politique et sociale, la relance économique et la diplomatie de la paix pour laquelle le gouvernement révolutionnaire travaille sans relâche. 

Periodismo Internacional Alternativa (PIA) 20 Décembre 2022 Traduction Bernard Tornare  22 Décembre 2022