Referendum-bidon illégal : la chronique d’un crime de génocide annoncée par Jovenel Moise et Rockefeller Vincent

Par Rezo Nòdwès, Haïti, publié le 28 mai 2021 

JOE LAMBERT: « LORSQU’UN GOUVERNEMENT ILLÉGAL COMMET UN ACTE FONDAMENTALEMENT ILLÉGAL, VOUS DEVEZ VOUS RÉVOLTER ET VOUS BATTRE CONTRE LUI« . 

Le Sénateur Joseph Lambert invite la population à détruire les bureaux électoraux du département du Sud-Est pour empêcher la tenue du referendum-bidon illégal u dictateur en herbe Jovenel Moise, un inculpé de blanchiment d’argent. 

UNE ÉPÉE DE DAMOCLÈS PLANE AU-DESSUS DES TÊTES DE TOUS CEUX QUI SE PRONONCENT CONTRE LE REFERENDUM-BIDON ILLÉGAL DE JOVENEL MOISE. QUE LE TRIBUNAL INTERNATIONAL EN PRENNE NOTE ! 

Le ministre de facto de la Justice, Rockefeller Vincent, a annoncé vendredi qu’il allait poursuivre tout « criminel ou fauteur de troubles » qui tenterait de s’opposer à la tenue du référendum constitutionnel illégal, interdit par la Constitution de 1987 en vigueur. 

M. Vincent a indiqué que « les commissaires du gouvernement et la police ont reçu l’instruction formelle d’agir en conséquence ». Vincent qui a réintégré l’administration publique, après son renvoi pour corruption et incompétence quand il fut fonctionnaire public au parquet du Cap-Haitien, a réitéré la volonté de PHTK d’imposer une constitution au pays par tous les moyens. 

Rockefeller Vincent, dans sa note, a rappelé, - pour parodier Claude Joseph qui dénonçait les 2 premières tragédies électorales de PHTK, - que « le référendum est un acte souverain » alors que son pays attend des doses de vaccins gratuits de l’international pour essayer de contenir la pandémie du coronavirus. Avec un CEP illégal non assermenté devant la Cour de Cassation, selon Vincent, « le referendum doit donc être exercé en toute liberté, honnêteté et sécurité« . 

La chronique d’un crime de génocide annoncée par Jovenel Moise et son ministre de facto de la Justice, intervient quelques heures après les menaces des leaders de l’opposition, incluant un ancien allié du pouvoir, le sénateur Joseph Lambert, qui ont assuré boycotter le référendum en le considérant comme anticonstitutionnel car il n’est pas prévu dans la Constitution actuelle. 

Il est important de rappeler qu’au milieu de la semaine écoulée, le leader du parti de Pitit Dessalines, Moïse Jean Charles, a encouragé la population à brûler le matériel électoral récemment arrivé dans le pays, et a appelé à la révolte.